Informations à propos de l’auteur et de sa recherche

Maxime DERIAN

Anthropologue des techniques

  • Anthropologie des usages des outils numériques et de leurs usages.
  • Anthropologie des mutations en cours des sociétés industrielles.

A) Ses travaux concernent, d’une part, la question de l’hybridation du corps humain avec différents types de prothèses numériques :

  • les dispositifs médicaux informatisés (pacemaker, implants cochléaires, pompes à insuline, membres bioniques) ;
  • les “prothèses cognitives” (smartphones, lunettes de réalité augmentée) et aux différents “wearables” (les objets connectés et l’Internet des objets) ;

B) Par ailleurs, sa réflexion se concentre également sur les nouvelles formes d’interactions entre des humains et des machines :

  • la robotique chirurgicale ;
  • l’humain augmenté et l’humain réparé ;
  • la réalité virtuelle et la réalité augmentée ;
  • la cobotique (nouvelles interactions entre humains et dispositifs numériques dans le monde professionnel) ;
  • l’intelligence artificielle (AI) et son impact sur la société ;

C) D’autre part, ses recherches porte sur l’évolution en cours des sociétés industrielles :

  • l’étude du patrimoine industriel et du lien entre les populations et leur environnement en termes d’écologie et d’espaces-vécus, dans un contexte de re-localisation mondiale de l’activité industrielle et de la transformation des usages sociaux d’espaces naturels, industriels, agricoles ou urbains.

Maxime Derian a notamment contribuéà mieux connaître et comprendre scientifiquement.

  • le cyborg (de la conquête spatiale à la trivialité du monde quotidien contemporain) ;
  • la comparaison des prothèses en termes d’invasivité, d’inclusion dans le schéma corporel, de délégation d’activité cognitive et d’appropriation ;
  • les prothèses corporelles (anciennes et contemporaines, prothèse du riche vs prothèse du pauvre, la déception inhérente à leur imperfection, l’études des douleurs associées à leur usage, le rejet d’utilisation) ;
  • la qualité de vie sur la longue durée des porteurs de pacemakers / défibrillateurs cardiaques et des membres artificiels ;
  • les prothèses cognitives (leur invasivité spécifique et leur caractère de détachabilité, leur appropriabilité, l’impact de la délégation de l’activité cognitive et de la massification des réseaux sociaux) ;
  • l’IA (intelligence artificielle) et le robot en tant que reflet dans le miroir de notre humanité ;
  • l’humain augmenté et l’idéologie transhumaniste ;
  • les limites écologiques de l’économie du numérique.

Depuis 2017 environ, ce chercheur élabore une théorisation portant sur une mutation anthropologique fondamentale de la société qui serait actuellement en cours.

Cette transformation se conceptualise sous la dénomination de “l’avènement de la Ruche” (processus de transformation majeure de notre société en cours d’emmaillotement numérique et qui reconfigure les rôles des individus au sein d’une configuration sociale qui évoque la figure de l’essaim, donc de la ruche). La crise du SArS-CoV-2 entamée début 2020 agit manifestement comme un catalyseur de ce processus. Cependant selon l’auteur cet avènement de la Ruche demeure avant tout causé par la conjonction de 2 facteurs : la technologie (innovation) et l’Anthropocène (raréfaction des ressources en lien avec l’activité humaine).

Thèse : télécharger via en version illustrée

Publications disponibles sur Academia

Profil sur le site de l’OMNSH

2012 - NASA - Robonaut and EMU spacesuit-gloved hands are extended toward each other to demonstrate the collaboration between robots and humans in space in the style of Michelangelo's Sistine Chapel fresco titled "The Creation of Adam".

L’outillage numérique bouleverse actuellement profondément nos sociétés.

Les conséquences positives comme négatives de l’essor du secteur digital sont considérables tant sur le plan philosophique qu’anthropologique et social.

Ce sont également autant d’opportunités et de défis à relever.

Maxime Derian est anthropologue. Il est spécialisé dans l’étude des techniques au sein des sociétés industrialisées. Il a participé à différentes recherches portant sur les usages sociaux des outils numériques, notamment en matière de e-Santé.

Il est actuellement chercheur :

Il a également été chercheur :

Ses recherches portent sur la question de l’hybridation du corps humain avec des dispositifs informatisés, au moyen d’implants électroniques essentiellement médicaux (pacemaker, implants cochléaires, pompes à insuline, membres bioniques) ainsi que le recours à des “prothèses cognitives” (smartphones, lunettes de réalité augmentée) comme à différents “wearables” (les objets connectés et l’Internet des objets).

En tant qu’anthropologue des sociétés industrielles, il étudie le lien entre les populations et leur environnement en termes d’écologie et d’espaces-vécus dans un contexte de re-localisation mondiale de l’activité industrielle et de la transformation des usages sociaux d’espaces naturels, industriels, agricoles ou urbains.

Au cours de sa formation pré-doctorale, ce chercheur s’intéressa aux enjeux diffusion d’internet et des technologies numériques auprès du grand public en réfléchissant aux risques d’isolement, d’addiction et d’ingénierie sociale de nouveaux groupes multinationaux (à l’époque émergents) au moyen d’une démarche comparative entre l’aire culturelle japonaise et la société française.

Sa thèse, soutenue en 2013, s’intitule : ” Le Métal et la Chair. Anthropologie des prothèses informatisées” traite d’une analyse minutieuse des modes d’hybridation des corps humains et des prothèses numériques (médicales ou non-médicales) ainsi que les questions psychologiques et philosophiques soulevée par l’émergence de tels outils.

Son travail postdoctoral a exploré 2 voies complémentaires : l’essor des usages de nanotechnologies dans les implants (biopuces, stimulateurs rétiniens, optogénétique…) et une étude de 2 ans sur les usages de membres bioniques ou de prothèses mécaniques par les personnes concernées par l’agénésie (naissance avec un bras, une main, une jambe ou un pied manquant).

Dans ce cadre, il a participé à la mise en place du pôle de recherche du CNRS : « Santé connectée et humain augmenté », dirigé par Jean-Michel Besnier.

Actuellement, ses nouveaux travaux s’orientent vers une réflexion portant sur les conséquences sociales et économiques des recherches en technologies de robotisation et de cobotique. D’une part, en observant des secteurs pionniers en la matière : le milieu hospitalier et celui de l’exploration spatiale, mais également, d’autre part, en tentant d’envisager les grandes lignes des conséquences de la dissémination de ces innovations à un niveau niveau global dans nos sociétés industrialisées.


Maquette du site : Cleaker 2.1 Theme par Adam Walker Cleaveland. Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO). Crédits photographiques : EHESS, CNRS, Université du Luxembourg, Creative Commons.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn