Conference en ligne : L’utilisation d’outils numériques de pointe pour les entretiens en histoire orale : bénéfices directs et indirects (6/05/2021)

Maxime Derian photographié par Lars Schoenfelder

Cette présentation traitera des enregistrements audiovisuels d’entretiens avec des personnes âgées portant sur leur histoire de vie, en utilisant une méthodologie socio-anthropologique dans un cadre de neutralité bienveillante associée à des technologies numériques de pointe (caméra numérique professionnelle, audio haute fidélité…) qui, à première vue, pourraient sembler surdimensionnées pour mener une recherche en histoire publique (Oral history / Public history).

Cette conférence évoquera la nécessité de mettre en place des interactions réciproques de don/ contre-don entre le l’intervieweur et l’interviewé.

Elle présentera différents avantages de cette démarche de recherche combinant cette méthodologies à ces outils notamment :

  • pour les chercheurs : avec la production de nouvelles sources historiques facilement exploitables dans une perspective de recherche académique ;
  • pour les personnes interrogées : aussi bien sur le plan psychologique (valorisation de soi, verbalisation, remise en perspective d’un parcours de vie…) au moment même de l’entretien que, plus tard, en tant que témoignage et de collecte d’une mémoire familiale ;
  • en vue de réaliser des expositions scientifiques et historiques : respectueuses de la confiance accordée au chercheurs et présentant au grand public l’histoire populaire récente d’une région (les Terres Rouges luxembourgeoises, par exemple) à travers la mémoire des anciens.

Le 6 mai 2021, de 10h à 11:00h

Université du Luxembourg/ Omniversité, le Département DESCOM et GoldenMe

Lien direct vers la conférence en ligne sur Webex

Mot de passe : GoldenMe

Covid, la victoire de la communication humaine, par Dominique Wolton (12/02/2021)

Deux enfants ensemble. Deux frères (pxhere.com CC Public domain)
 

Une fois n’est pas coutume, je me permets de rediriger les lecteurs vers un texte paru sur un autre carnet de recherche, à savoir celui de la revue Hermès. Ceci afin partager ce billet écrit par Dominique Wolton qui exprime plutôt bien un ressenti probablement très largement partagé actuellement.

« Depuis la Covid, il y a toujours un clavier entre l’autre et moi. Fini les contacts et les rapports directs. Le masque réduit l’échange au minimum puisque le visage est à moitié barré. On ne voit qu’un regard, bien difficile à interpréter, sans le reste du visage. Quant aux gestes… ils sont réduits aux « gestes barrières », ce qui veut bien dire ce que cela veut dire. L’autre est mis à distance physique. C’est toute la communication humaine qui s’est atrophiée, et qui donne raison à ceux qui depuis longtemps en dénoncent les limites au profit, au contraire, de la parfaite et séduisante communication technique. D’ailleurs, au début du confinement, au printemps 2020, on a plébiscité cet enfermement technique. On était finalement bien, « à distance », chez soi, sans se rapprocher ni se toucher, à caresser l’écran et le clavier. C’était vrai aussi bien pour le travail que pour les courses, l’éducation, les loisirs, les échanges. Tout était possible dans le distanciel. Enfermés et heureux. Avec la découverte de la liberté numérique et la performance des plateformes.

Après quelques mois de « bonheur » et un deuxième confinement, l’horizon s’est pourtant assombri. Une angoisse sourde s’est installée. L’autre menaçant, dont on pensait s’être débarrassé grâce aux « industries de la distance », s’est mis à nous manquer terriblement. Dangereux et encombrant, il est tout de même redevenu indispensable. L’omniprésence numérique n’a pas suffi à remplacer le besoin physique de proximité, voire de promiscuité.

On en est là. S’installe alors subrepticement un repli sur soi, et l’autre nous manque!

(lire la suite le carnet de recherche de la revue Hermès)

The report of the workshop « Rethinking the Histories and Legacies of Industrial Cities » is published in H-Soz-Kult

Belval Blast furnace (by Maxime Derian)

On December 10, 2020 and December 11, 2020 took place this workshop organized by the C2DH team: « Remixing the Industrial Pasts » directed by Stefan Krebs

Report by Jens van de Maele / Maxime Derian, C²DH, Université du Luxembourg

The history of (Western) European industrial cities is often told as a tragic tale of rise and decline: from rapid industrialisation in the late 19th century and economic prosperity during the Trente glorieuses to the structural changes of the late 1970s and the subsequent deindustrialisation of the 1980s and 1990s – decades in which most mines and steelworks closed down, unemployment rates went up, new social problems emerged, workers’ identities eroded, and once prosperous urban centres became faced with shrinking populations and empty stores in their shopping streets.

Finally, since the 2000s, former industrial towns have tried to reinvent themselves as creative and cultural centres. If we take a closer look, however, we can see that the socio-economic, demographic and cultural transitions were more complex than suggested by a simple rise-and-decline narrative.

By offering an opportunity to compare the historical trajectories of various European industrial towns, the online workshop aimed to reinvestigate the transitions outlined above…

Full text on H-Soz-Kult website: https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-8882