Participation au projet de recherche : “Remixage des passés industriels à l’ère numérique” dans le cadre du programme : “Esch 2022”

Détail d'un ancien haut fourneauCe projet, mené au sein du C²DH, à l’Université du Luxembourg, s’inscrit dans le cadre du programme  : « Esch-sur-Alzette, capitale européenne de la Culture en 2022 ».

Une vaste recherche interdisciplinaire, qui se subdivise en 6 sous-projets et qui implique de nombreux chercheurs, est effectuée par le C²DH.

Elle se nomme : « Remixage des passés industriels à l’ère numérique : sons, images, écologies, pratiques et matérialités dans l’espace et le temps ».

Le regard anthropologique, croisé avec celui de l’historien, est au cœur de l’un des sous-projets. Celui-ci a pour objectif d’analyser les transformations successives, dans un contexte industriel et post-industriel, des différents usages sociaux d’espaces naturels, usiniers, agricoles et urbains dans la région des Terres Rouges, située sur la frontière franco-luxembourgeoise.

Cette région, qui fut témoin d’une intense activité sidérurgique par le passé, est actuellement en pleine mue, et assiste à l’implantation sur son territoire de pôles scientifiques de recherche, d’acteurs des technologies numériques et de lieux de spectacles ainsi que de création artistique.

Conférence : “Réalité virtuelle et réalité augmentée”, le jeudi 21 novembre à Quimper

réalité virtuelle - creative commons - wikipedia Enhanced reality - src: dissolve.comLes outils numériques sont aujourd’hui suffisamment puissants pour pouvoir générer des simulacres de réalités très aboutis.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée ont en commun le fait qu’elles marquent toutes deux une association très forte entre l’environnement réel immédiat des personnes et un environnement de synthèse issus de calculs sur ordinateur au moyen d’interfaces corporelles sans cesse plus perfectionnées.

La réalité virtuelle propose un environnement artificiel dans lequel l’utilisateur peut être plongé et qui interagit avec lui en temps réel. Dans ce cas de figure, ce nouvel environnement se substitue au monde physique réel.

La réalité augmentée permet, elle, de superposer dans le champ visuel et dans l’environnement sonore de l’utilisateur, des informations, des images, des vidéos, des animations et des sons issues d’un ordinateur. Dans cet autre cas de figure, les deux environnements se mélangent et s’additionnent (eux aussi en temps réel) de manière interactive (on parle aussi parfois de virtualité augmentée).

Les usages de ses technologies sont infinis… Ils peuvent servir à l’élaboration de nouveaux produits industriels, avoir des finalités militaires, mais aussi servir à des projets pédagogiques utiles, contribuer à procurer des informations sociales, économiques ou écologiques, proposer des systèmes de jeu vidéo innovants, poursuivre des objectifs publicitaires, permettre de nouveaux moyens de communication ou encore contribuer au développement touristique.

Ce sont toutes ces nombreuses différentes facettes que nous allons examiner lors de cette conférence. Celle-ci, suivie d’un débat, se fera en en 3 parties présentant tour à tour une :

  • description des différentes technologies existantes ;
  • présentation des principaux usages actuels ;
  • réflexion sur les évolutions futures afin de mieux comprendre les bénéfices et les risques que présentent la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Cette conférence aura lieu, le 21 novembre 2019, de 14h30 à 16h00 au Cinéville de Quimper. Elle est organisée par l’UTL de Quimper et nécessite une inscription préalable.

Conférence : “Humain augmenté et Société hyper-connectée”, le mardi 22 octobre à Landerneau

humain & robotCette conférence dressera un état des lieux à propos des notions des possibilités techniques de réparation et d’augmentation du corps humain et leur impact sur le plan médical, social, économique et anthropologique.
 
 
 

Cette conférence comportera 2 parties et sera suivie d’un débat :

I) Le concept d’Humain Augmenté

La première partie de cette intervention proposera d’établir un état des lieux à propos du concept d’Humain Augmenté afin de clarifier les notions de réparation et d’amélioration des capacités du corps humain au moyen de la technologie et de la médecine. Il s’agira de présenter les principaux outils disponibles qu’il s’agisse de médicaments, d’implants, de greffes, de nanotechnologies mais aussi des systèmes numériques d’assistance de la vie quotidienne. En effet, alors que les prothèses implantées qui prolongent la vie ou restaurent des fonctions physiologiques déficientes sont réservées à un usage médical assez limité, les prothèses cognitives qui augmentent les capacités d’action et de cognition sont devenues des objets complètement banals (smartphones, tablettes tactiles, ordinateurs portables…).

À ce propos, voici une lien vers un montage vidéo de 11 minutes (dont je ne suis pas l’auteur) qui résume très bien une bonne partie de mes réflexions sur ce thème ainsi que beaucoup d’exemples concrets auxquels je me réfère :

II) Les enjeux anthropologiques de l’Humain Augmenté

La deuxième partie portera sur un point essentiel : l’hyper-connexion des individus et des machines est en train de bouleverser notre société. Les prothèses cognitives, wearables, implants, forment un nouvel écosystème humain d’accès aux informations, à la communication, aux jeux vidéo, aux démarches administratives et politiques et cela contribue à un fait anthropologique inédit « d’emmaillotement des existences » (dans un mélange constitué de l’infosphère et de l’environnement « traditionnel » humain).

Cette conférence aura lieu, le 22 octobre 2019, de 14h00 à 15h30 au centre culturel le Family, à Landerneau. Elle est organisé par l’UTL de Landerneau et nécessite une inscription préalable.