Esch 2022. Ouverture le 27/02 de l’exposition à la Massenoire : Remixing Industrial Pasts

Affiche exposition Remixing Industrial Pasts
Collection Archives de la Ville de Dudelange

Le texte suivant est repris de l’actualité publiée sur le site officiel : Esch 2022, Capitale européenne de la culture qui présente les trois expositions à venir à la Massenoire, dont la notre intitulée « REMIXING INDUSTRIAL PASTS ».

“(Au Luxembourg), de février 2022 à mars 2023, la Massenoire (sur le site de Belval  à Esch-sur-Alzette) nous entraîne dans un voyage dans le temps. Trois expositions documentaires reflèteront le passé, le présent et le futur industriels de notre région. Esch2022 se fera également l’écho de cette histoire, en enquêtant plus précisément sur la culture industrielle du sud de la région.

De la fonte à l’espace d’exposition actuel

La Massenoire a été en activité depuis sa mise en exploitation en 1965 jusqu’à la fin des années 70. Le nom de Massenoire (masse noire) se réfère à la masse noire, matériau de couleur noire qui y était produit dans le haut-fourneau. À l’extérieur de la Massenoire, les truelles de fonte étaient à cette époque emplies de fer liquide en fusion. Pour prévenir tout risque d‘explosion pendant ce processus, il y avait des systèmes de séchage qui supprimaient l’humidité. Aujourd’hui, le Fonds Belval utilise ce décor historique comme lieu d’exposition (« Belval & More », entre autres) et d’événements, pour documenter l’histoire de l’usine et de l’industrie lourde de Belval.

Voyage dans le passé, le présent et l’avenir

  • Organisée par l’équipe REMIX du Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History du (C2DH) à l’Université de Luxembourg, l’exposition intitulée « REMIXING INDUSTRIAL PASTS » présente un voyage dans le passé. Nous pouvons y remonter le temps pour parcourir le processus d’industrialisation et de désindustrialisation du Luxembourg et saisir la relation spécifique, dans notre pays, entre industrie, hommes et paysage. Les installations audiovisuelles et interactives sont mises en place par deux instances milanaises : Tokonoma Creative Studio  et l’agence d’architectes 2F Archittetura.

À partir de 13h, le 27 février 2022.

Silhouette du Haut fourneau B de Esch-Belval
Silhouette du Haut fourneau B de Esch-Belval (par Maxime Derian) – License CC BY-NC-SA

 edit: La presse en parle…

“Suspendu dans la hauteur de la Massenoire, une mosaïque de vidéos diffuse des images issues des archives du CNA, avec qui un important travail de recherche documentaire a été réalisé. Ces documents visuels permettent de mieux se rendre compte de la réalité de l’époque, de l’ambiance. Les images sont montées dans une approche thématique et portées par une bande-son très réussie composée par Max Viale.”

  • Der Besucher kann sich seinen eigenen Parcours ausdenken, also von einer Zeitepoche zur anderen wechseln, eine vorgeschriebene Route gibt es nicht. „Remixing Industrial Pasts, Constructing the Identitiy of the Minett“ beschränkt sich nicht auf eine rein wissenschaftliche Präsentation, weitere Partner wurden mit ins Boot genommen.

Sam Tanson souhaitant la bienvenue plus particulièrement aux ministres de la Culture de la France, Roselyne Bachelot-Narquin, de la Grèce, Lina Mendoni, et de la Lituanie, Simonas Kairys. Les invités ont eu l’occasion d’en apprendre davantage sur l’idée et le concept général du “Remix” de Esch2022 lors d’une présentation. Ils ont participé ensuite à une visite guidée des expositions actuellement en cours à la Möllerei et à la Massenoire qui traitent de sujets éminemment culturels ayant trait à la construction, la déconstruction et la reconstruction d’identités en Europe et dans le Minett.

Informez-vous davantage à propos de notre exposition REMIX (dont l’ouverture au public aura lieu à la Massenoire, à Belval, le 28/02/2022) ainsi que toutes les autres activités dans le cadre de Esch 2022.

Informez-vous et inscrivez-vous à la cérémonie d’ouverture de Esch 2022 du 26/02/2022 qui aura lieu à Esch-centre et à Esch-Belval (nombre limité de places disponibles en raison de la crise sanitaire).

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : “Aux frontières de l’humain”. Partie 5 : Je suis immortel

La science peut-elle nous faire espérer l’immortalité ?

Urne funéraire réalisée pour l’exposition – Copyright : MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE (utilisation libre de droit)

Les promesses des transhumanistes

Peut-on augmenter les capacités humaines jusqu’à ne plus mourir ? Certains adeptes du courant de pensée transhumaniste, refusant l’essence même de la condition humaine, sa fragilité́ et sa finitude, promettent de supprimer la maladie, la vieillesse et pourquoi pas, la mort, ou tout du moins une mort très éloignée, toujours choisie, jamais subie. Si l’aspiration à l’immortalité remonte à l’Antiquité, le terme « transhumanisme » a été forgé vers 1950 en Californie, foyer de différents courants qui, nourris des progrès technologiques, se sont développés dans les années 1980-1990.

Fantasme et illusions. Les promesses des transhumanistes sont abordées dans un film de 5 minutes traité sur un ton humoristique, avec une émission hebdomadaire « T comme Tendances » qui parle des « Nouvelles Tendances Mortalité ». En duplex du L.A DeathLab, la présentatrice évoque les différentes façons de repousser la mort : cryogénie, rajeunissement des cellules, substitution d’organes, minduploading… La vieillesse est selon elle une maladie qu’il faut éradiquer ! Il existe plusieurs courants transhumanistes, chacun explorant une ou plusieurs voies, mais toujours avec un même but, vivre encore et encore.

Garder les corps au froid, mais après ? La cryogénisation existe déjà. Elle consiste à conserver un être humain (en totalité ou en partie) en état de mort clinique, dans de l’azote liquide à une température de –196 °C. Le procédé n’aurait séduit qu’environ 2 000 personnes dans le monde. Les plus optimistes ne font cryogéniser que leur tête, imaginant que dans le futur, on leur trouvera un corps idéal. Les entreprises Kriorus en Russie, Alcor Life Extension Foundation ou Cryonics Institute aux États-Unis, vendent leurs services de cryogénisation entre 30 000 et 200 000 dollars, même si à ce jour, aucune technique ne permet le retour à la vie.

Allonger la durée de la vie. Le courant « technoprogressiste » développe le concept d’amortalité : il ne s’agit pas de chercher l’immortalité, mais d’allonger la durée de la vie en bonne santé, en évitant accidents et maladies et en réduisant les problèmes dûs au vieiliessement. Ce courant mène notamment des essais sur la rapamycine, une molécule testé e sur des souris. Les recherches des transhumanistes se portent également sur les nanotechnologies (les technologies qui peuvent intervenir à l’échelle de l’infiniment petit) et sur la façon dont elles pourraient permettre d’agir sur les cellules afin de les rajeunir, ou de remplacer les défectueuses par des neuves, cultivées in vitro. D’autres recherches sont menées sur le fait de remplacer des organes défectueux, qu’on pourrait changer comme les pièces d’une machine. Autre voie possible : mieux identifier les gènes de la longévité et agir sur eux pour ralentir le vieillissement.

Télécharger le cerveau. L’uploading du cerveau est l’une des pistes avancées par les transhumanistes pour vaincre la mort. « Dans trente ans, les humains seront capables de télécharger leur esprit en totalité vers des ordinateurs pour devenir numériquement immortels. » annonçait Ray Kurzweil. Il s’agit de stocker sa propre mémoire et au-delà « toute la personnalité, la mémoire, les talents et le passé d’une personne » dans une interface digitale, ou de la réimplanter dans un robot, voire dans le Cloud. Ray Kurzweil est un des pionniers de la transformation de l’espèce : ingénieur, professeur au MIT, auteur à succès, il contribue aujourd’hui au programme de recherche en intelligence artificielle « Google Brain ».

Milliardaires et visionnaires : Le mouvement transhumaniste ne manque ni d’ambitions, ni de moyens, ni de personnalités médiatiques, parmi lesquelles : Raymond Kurzweil, Dmitry Itskov, milliardaire russe fondateur de l’entreprise « 2045 Initiative » ; Max More, philosophe et futurologue, fondateur du magazine Extropy ; Elon Musk, entrepreneur très influent à la tête de Neuralink, start-up fondée en 2016, spécialiste des interfaces neuronales. Souvent issus de la Silicon Valley ou évoluant dans l’économie des GAFA, les transhumanistes mobilisent d’importants financements privés. Ils investissent ou dirigent des laboratoires de recherches sur le ralentissement du vieillissement, des sociétés de cryogénisation, des programmes de recherches sur l’intelligence artificielle. Ils sont jugés dangereux par certains et visionnaires par d’autres.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Cyborg, IA et société « cyborgisée » : l’avènement de la société-ruche

Catalogue de l'exposition Aux frontières de l'HumainTexte de Maxime Derian, anthropologue extrait du catalogue de l’exposition “Aux frontières de l’humain” disponible à l’achat sous format papier.

L’être «cyborgisé» est une personne dont le corps ou l’esprit est modifié par la technologie. La modification peut se cantonner au niveau de l’individu seul, mais il n’est pas exclu qu’une volonté eugénique voie le jour et cherche à modifier non seulement l’individu mais aussi sa descendance.

Un tel cyborg se distingue de l’IA (intelligence artificielle) et de l’androïde entièrement robotique – tel le « réplicant » de Blade Runner (1982) – qui sont, eux, l’incarnation encore hypothétique d’une humanité en miroir, d’une altérité synthétique.

Si le cyborg demeure un humain réparé, augmenté ou diminué–, l’émergence de figures métaphoriques ou réelles telles que ces derniers ainsi que les hybrides, les robots, les drones et les IA, est peut-être l’expression d’une mutation anthropologique.

En effet, au-delà de la question de l’humain augmenté, du transhumanisme et de la possibilité d’un posthumanisme, il semble d’actualité de s’interroger si ce n’est pas la société elle-même qui est en train de se « cyborgiser » à une échelle globale. Dans un tel cas, plutôt que d’énumérer les technologies anthropotechniques (de modification de l’humain) apparues depuis l’invention de l’informatique, il semble opportun d’anticiper et de tenter de comprendre les enjeux éthiques, politiques, économiques et sociaux emblématiques de ces technologies.

D’où le concept de « ruche* » énoncé pour dépeindre cette possible rupture majeure dans l’histoire marquée par l’avènement d’une organisation qui serait avant tout administrée par –et parfois pour– des machines numériques.

Le sociologue Ferdinand Tönnies, en 1887, analysa la transformation de l’organisation humaine de la forme de la communauté – où prime le groupe – à la société – où prime l’individu –, sous l’influence du siècle des Lumières et de la modernité. Une telle transition a entraîné des bouleversements anthropologiques majeurs, voire écologiques avec l’Anthropocène. Pour paraphraser Tönnies déclarant qu’« à l’époque de la communauté succède l’époque de la société», nous pourrions postuler qu’« à l’époque de la société succède l’époque de la ruche ».

Dans la ruche, la société où primait l’individu se dissout dans un agrégat décentralisé de personnes interconnectées formant une population relativement homogénéisée se structurant comme un essaim qui, à l’image de fourmis, d’abeilles ou de termites, serait piloté par des stimuli émis par un système de contrôle centralisé, sans pour autant être nécessairement étatique. Le groupe prime à nouveau sur l’individu, mais un groupe différent, où le recours aux prothèses cognitives, aux réseaux sociaux, aux véhicules autonomes, à l’ubérisation économique, au e-commerce et au télétravail, préfigurerait des mutations encore plus fortes à venir. La raréfaction des ressources naturelles disponibles, associée à un développement constant et considérable des performances du matériel informatique disponible, suscite la recherche d’échappatoires numériques et virtuelles aux désirs et aux besoins qui ne pourront désormais être assouvis par une part croissante de la population du fait de la démographie mondiale croissante.

Image tirée du film Ready Player One de Steven Spielberg USA - 2h20 - sortie 28 mars 2018
Image tirée du film Ready Player One (2018) de Steven Spielberg

La ruche se caractérise par deux critères : l’hyper concentration monopolistique générant des inégalités socio-économico- sanitaires et l’emmaillotement numérique par une informatique omniprésente et ubiquitaire. En effet, une trentaine de milliardaires se partagent actuellement la moitié des richesses humaines totales et administrent au moyen de puissants outils (Google, Amazon, Facebook, Apple, Baidu, Ali-baba, Tencent, Xiaomi) l’activité cognitive de milliards de gens. Cette inégalité est inédite à l’échelle de l’histoire d’Homo sapiens.

Les outils numériques qui réorganisent les liens sociaux, les prothèses cognitives (smartphones, ordinateurs, interfaces de réalité augmentée, etc.), de puissants algorithmes (IA, big data) et la robotique (drones, satellites, véhicules autonomes) reconfigurent l’activité sociale sous forme de gigantesques essaims continentaux nommés les ruches (occidentale, chinoise, etc.).

Image tirée de « Chute libre » (2014), de la saison 3 de la série Black Mirror

Cette nouvelle citoyenneté au sein de la ruche s’exprimerait par l’obtention d’un confort (produits numériques de loisirs, de transports ou de domotique) et d’une sécurité de vie (suivi médical, contrôle social) accrus du fait de la technologie, mais au prix de l’abandon croissant du libre arbitre et de la libre circulation des individus, délégués à des systèmes informatisés, comme l’illustre le film Ready Player One de Steven Spielberg (2018).

Dans une certaine mesure, l’otaku japonais préfigurerait une société cyborg, résignée et tentée par le repli sur soi numérique sans baisse de productivité économique.

Mais alors comment échapper au sentiment d’« ultra moderne solitude » chantée par Alain Souchon, d’autant plus fort en temps de crise sanitaire liée à la Covid-19 ? Une prise de conscience collective, paradoxalement susceptible de se faire au moyen des outils numériques, pourrait aboutir à un large débat public démocratique afin d’évaluer sainement et de façon dépassionnée les coûts et les avantages de l’immense transformation en cours afin d’en limiter certains effets délétères.

* Maxime Derian, Les Prothèses cognitives du corps humain, Londres, ISTE éditions, 2018.

Plus d’éléments de réflexion à propos des frontières de l’humain sont disponibles dans le catalogue de l’exposition. L’exposition au Musée de l’Homme peut être visitée du 13 octobre 2021 au 30 mai 2021 à Paris.

Abstract in English: If the cyborg remains a human – repaired, augmented or diminished -, the emergence of metaphorical or real figures such as the latter as well as hybrids, robots, drones and AIs, is perhaps the expression of an anthropological major shift.

Indeed, beyond the question of the enhanced humanity, transhumanism and the possibility of posthumanism, it seems topical to ask whether it is not society itself that is in the process of becoming ‘cyborgised’ on a global scale. In such a case, rather than listing the anthropotechnical technologies (of human modification) that have appeared since the invention of computers, it seems appropriate to anticipate and attempt to understand the ethical, political, economic and social issues emblematic of these technologies.

Hence the concept of the ‘hive-society’, used to describe this possible major break in history marked by the advent of an organisation that is above all administered by – and sometimes for – digital machines.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search