Exposition “Aux Frontières de l’Humain” : on en parle dans la presse…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les progrès technologiques ont permis de réparer notre corps biologique et d’accroître nos potentiels physiques et intellectuels, mais jusqu’où peut-on aller tout en restant humain, individuellement et collectivement  N’avons-nous pas compromis notre propre avenir en malmenant la planète ? au nom du progrès ?

Le cyborg est un humain réparé, augmenté ou connecté. Certaines formes d’hybridation sont invasives et modifient le corps de l’individu de manière irréversible.

Hominidés.com 11/03/2022

En écho à l’exposition Aux frontières de l’humain, à l’affiche du Musée de l’Homme à Paris jusqu’au 13 juin, Enki Bilal projette à travers une trentaine d’œuvres sa vision personnelle de l’être humain à l’heure des prothèses, des organes artificiels et plus largement du transhumanisme.

France Info  20/03/2022

Pédagogique et malin.

L’officiel des spectacles 4/01/2022

Très vivant, parfois drôle – tels ce débat mis en scène sur le statut animal et ce laboratoire où on vous invite à choisir les caractéristiques d’un bébé comme s’il s’agissait d’une commande en ligne –, le propos tente d’éveiller nos consciences à ces bouleversements, à partir des données de la science et loin des fantasmes 

Télérama janvier 2022

Aux frontières de l’humain est une exposition « d’idées ». La muséographie conjugue sur 600 m² une grande variété de médias et fait cohabiter des dispositifs complémentaires : œuvres d’art contemporain, objets muséographiques, dispositifs audiovisuels, multimédias et sonores.

Mairie de Paris 26/11/2021

Ce parcours convoque souvent l’humour – parfois teinté de noir. Tout en croisant les savoirs, il accorde une belle place à l’art contemporain.

Le Monde 26/10/2021

Ancrée dans des préoccupations contemporaines, l’exposition Aux frontières de l’humain, présentée par le Musée de l’Homme à Paris, pousse les visiteurs à se demander qui ils sont et à s’interroger sur l’avenir de la planète.

Comment l’être humain, à l’origine simple primate, a-t-il évolué pour devenir l’homme hyper-connecté d’aujourd’hui ?

Réforme.net 23/10/2021

“Aux frontières de l’humain”, une exposition qui interroge sur notre devenir

Intelligente, surprenante par sa mise en scène et parfois subversive, l’exposition du Musée de l’Homme qui a débuté le 13 octobre ouvre un vaste champ d’exploration.

L’Express 14/10/2021

Aux frontières de l’humain ouvre un vaste champ d’investigations. Les progrès technologiques ont permis de réparer notre corps biologique et d’accroître nos potentiels physiques et intellectuels, mais jusqu’où peut-on aller tout en restant humain, individuellement et collectivement ? N’avons-nous pas compromis notre propre avenir en malmenant la planète au nom du progrès ?

Du prologue à l’épilogue, le parcours est construit selon une dynamique : plus l’on progresse dans l’exposition, plus les humains semblent s’affranchir de leurs limites, jusqu’au transhumanisme et ses promesses d’immortalité.

France Culture 13/10/2021

Jamais l’humain n’a eu autant les moyens de se changer lui-même. Jusqu’où peut-il se considérer en tant que tel lorsqu’il est réparé, augmenté, connecté ? C’est tout l’objet du volet «Je suis un cyborg» de l’exposition «Aux frontières de l’humain» qui s’ouvre au musée de l’Homme, ce mercredi, et «trace en six étapes clés les contours de l’identité humaine».

Libération 13/10/2021

Voilà une question qui taraude les philosophes et les scientifiques depuis des siècles : qu’est-ce que l’humain ? Le Musée de l’Homme nous entraîne dans cette grande quête de sens, aux Frontières de l’humain, pour un voyage phénoménal.

Sortir à Paris 8/10/2021

Explorer nos limites, interroger notre devenir en tant qu’humain et, plus globalement, envisager celui de la planète, tel est le vaste champ d’exploration que vous propose cette nouvelle exposition à découvrir au musée de l’Homme !

France Télévisions octobre 2021

(Elle) s’interrogera sur ce qui explique que l’Homme se définit en tant que tel et sur quand il finira par ne plus l’être, avec tout un parcours conduisant à la technologie qui tend à faire de l’être humain, un hybride entre chair et machine, en une évolution transhumaniste semblant inéluctable. L’exposition sera rythmée en cinq parties différentes et encadrées d’un prologue et d’un épilogue, donnant l’impression de suivre une aventure de son début à la fin, au fur et à mesure que les humains s’affranchissent de leurs limites, avec à chaque partie, une ambiance spécifique en matière d’éclairage, d’organisation, d’ambiance. Le tout, composé d’oeuvres d’art contemporain, d’objets issus du musée, de dispositifs multimédias et de projections audiovisuelles souvent impressionnantes.

Art Critique 7/09/2021

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges

Interview de Maxime Derian à propos des enjeux techniques et anthropologiques de la colonisation de Mars de
Maxime Derian interrogé par la compagnie van Tsui à propos des enjeux anthropologiques de la colonisation de Mars
La phase 1 (rencontres avec des scientifiques) du projet  “Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges” de la compagnie van Tsui (dans le cadre de Esch 2022) se termine. Bientôt aura lieu la phase 2 : le débat citoyen.
 
Une rencontre a notamment eu lieu fin 2021 avec Dr. Maxime DERIAN, socio-anthropologue qui s’intéresse à l’Homme augmenté, au cyborg, à l’Intelligence Artificielle et aux sols eschois et martiens pour parler des défis techniques, écologiques et anthropologiques auxquels fera face toute tentative de colonisation de la planète Mars.
La fécondité sur Mars illustration basée sur l'interview de Maxime Derian
 
Plus d’infos sur le site web de l’exposition a compagnie van Tsui :
Sur Facebook également : illustrations tirées de l’interview
 

Dans le cadre de Esch2022, capitale européenne de la culture.

Ce projet est soutenu par la Ville d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg).Esch 2022

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Esch 2022. Ouverture le 27/02 de l’exposition à la Massenoire : Remixing Industrial Pasts

Affiche exposition Remixing Industrial Pasts
Collection Archives de la Ville de Dudelange

Le texte suivant est repris de l’actualité publiée sur le site officiel : Esch 2022, Capitale européenne de la culture qui présente les trois expositions à venir à la Massenoire, dont la notre intitulée « REMIXING INDUSTRIAL PASTS ».

“(Au Luxembourg), de février 2022 à mars 2023, la Massenoire (sur le site de Belval  à Esch-sur-Alzette) nous entraîne dans un voyage dans le temps. Trois expositions documentaires reflèteront le passé, le présent et le futur industriels de notre région. Esch2022 se fera également l’écho de cette histoire, en enquêtant plus précisément sur la culture industrielle du sud de la région.

De la fonte à l’espace d’exposition actuel

La Massenoire a été en activité depuis sa mise en exploitation en 1965 jusqu’à la fin des années 70. Le nom de Massenoire (masse noire) se réfère à la masse noire, matériau de couleur noire qui y était produit dans le haut-fourneau. À l’extérieur de la Massenoire, les truelles de fonte étaient à cette époque emplies de fer liquide en fusion. Pour prévenir tout risque d‘explosion pendant ce processus, il y avait des systèmes de séchage qui supprimaient l’humidité. Aujourd’hui, le Fonds Belval utilise ce décor historique comme lieu d’exposition (« Belval & More », entre autres) et d’événements, pour documenter l’histoire de l’usine et de l’industrie lourde de Belval.

Voyage dans le passé, le présent et l’avenir

  • Organisée par l’équipe REMIX du Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History du (C2DH) à l’Université de Luxembourg, l’exposition intitulée « REMIXING INDUSTRIAL PASTS » présente un voyage dans le passé. Nous pouvons y remonter le temps pour parcourir le processus d’industrialisation et de désindustrialisation du Luxembourg et saisir la relation spécifique, dans notre pays, entre industrie, hommes et paysage. Les installations audiovisuelles et interactives sont mises en place par deux instances milanaises : Tokonoma Creative Studio  et l’agence d’architectes 2F Archittetura.

À partir de 13h, le 27 février 2022.

Silhouette du Haut fourneau B de Esch-Belval
Silhouette du Haut fourneau B de Esch-Belval (par Maxime Derian) – License CC BY-NC-SA

 edit: La presse en parle…

“Suspendu dans la hauteur de la Massenoire, une mosaïque de vidéos diffuse des images issues des archives du CNA, avec qui un important travail de recherche documentaire a été réalisé. Ces documents visuels permettent de mieux se rendre compte de la réalité de l’époque, de l’ambiance. Les images sont montées dans une approche thématique et portées par une bande-son très réussie composée par Max Viale.”

  • Der Besucher kann sich seinen eigenen Parcours ausdenken, also von einer Zeitepoche zur anderen wechseln, eine vorgeschriebene Route gibt es nicht. „Remixing Industrial Pasts, Constructing the Identitiy of the Minett“ beschränkt sich nicht auf eine rein wissenschaftliche Präsentation, weitere Partner wurden mit ins Boot genommen.

Sam Tanson souhaitant la bienvenue plus particulièrement aux ministres de la Culture de la France, Roselyne Bachelot-Narquin, de la Grèce, Lina Mendoni, et de la Lituanie, Simonas Kairys. Les invités ont eu l’occasion d’en apprendre davantage sur l’idée et le concept général du “Remix” de Esch2022 lors d’une présentation. Ils ont participé ensuite à une visite guidée des expositions actuellement en cours à la Möllerei et à la Massenoire qui traitent de sujets éminemment culturels ayant trait à la construction, la déconstruction et la reconstruction d’identités en Europe et dans le Minett.

Informez-vous davantage à propos de notre exposition REMIX (dont l’ouverture au public aura lieu à la Massenoire, à Belval, le 28/02/2022) ainsi que toutes les autres activités dans le cadre de Esch 2022.

Informez-vous et inscrivez-vous à la cérémonie d’ouverture de Esch 2022 du 26/02/2022 qui aura lieu à Esch-centre et à Esch-Belval (nombre limité de places disponibles en raison de la crise sanitaire).

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd).

Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg.

Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search