Cyborg, IA et société « cyborgisée » : l’avènement de la société-ruche

Catalogue de l'exposition Aux frontières de l'HumainTexte de Maxime Derian, anthropologue extrait du catalogue de l’exposition “Aux frontières de l’humain” disponible à l’achat sous format papier.

L’être «cyborgisé» est une personne dont le corps ou l’esprit est modifié par la technologie. La modification peut se cantonner au niveau de l’individu seul, mais il n’est pas exclu qu’une volonté eugénique voie le jour et cherche à modifier non seulement l’individu mais aussi sa descendance.

Un tel cyborg se distingue de l’IA (intelligence artificielle) et de l’androïde entièrement robotique – tel le « réplicant » de Blade Runner (1982) – qui sont, eux, l’incarnation encore hypothétique d’une humanité en miroir, d’une altérité synthétique.

Si le cyborg demeure un humain réparé, augmenté ou diminué–, l’émergence de figures métaphoriques ou réelles telles que ces derniers ainsi que les hybrides, les robots, les drones et les IA, est peut-être l’expression d’une mutation anthropologique.

En effet, au-delà de la question de l’humain augmenté, du transhumanisme et de la possibilité d’un posthumanisme, il semble d’actualité de s’interroger si ce n’est pas la société elle-même qui est en train de se « cyborgiser » à une échelle globale. Dans un tel cas, plutôt que d’énumérer les technologies anthropotechniques (de modification de l’humain) apparues depuis l’invention de l’informatique, il semble opportun d’anticiper et de tenter de comprendre les enjeux éthiques, politiques, économiques et sociaux emblématiques de ces technologies.

D’où le concept de « ruche* » énoncé pour dépeindre cette possible rupture majeure dans l’histoire marquée par l’avènement d’une organisation qui serait avant tout administrée par –et parfois pour– des machines numériques.

Le sociologue Ferdinand Tönnies, en 1887, analysa la transformation de l’organisation humaine de la forme de la communauté – où prime le groupe – à la société – où prime l’individu –, sous l’influence du siècle des Lumières et de la modernité. Une telle transition a entraîné des bouleversements anthropologiques majeurs, voire écologiques avec l’Anthropocène. Pour paraphraser Tönnies déclarant qu’« à l’époque de la communauté succède l’époque de la société», nous pourrions postuler qu’« à l’époque de la société succède l’époque de la ruche ».

Dans la ruche, la société où primait l’individu se dissout dans un agrégat décentralisé de personnes interconnectées formant une population relativement homogénéisée se structurant comme un essaim qui, à l’image de fourmis, d’abeilles ou de termites, serait piloté par des stimuli émis par un système de contrôle centralisé, sans pour autant être nécessairement étatique. Le groupe prime à nouveau sur l’individu, mais un groupe différent, où le recours aux prothèses cognitives, aux réseaux sociaux, aux véhicules autonomes, à l’ubérisation économique, au e-commerce et au télétravail, préfigurerait des mutations encore plus fortes à venir. La raréfaction des ressources naturelles disponibles, associée à un développement constant et considérable des performances du matériel informatique disponible, suscite la recherche d’échappatoires numériques et virtuelles aux désirs et aux besoins qui ne pourront désormais être assouvis par une part croissante de la population du fait de la démographie mondiale croissante.

Image tirée du film Ready Player One de Steven Spielberg USA - 2h20 - sortie 28 mars 2018
Image tirée du film Ready Player One (2018) de Steven Spielberg

La ruche se caractérise par deux critères : l’hyper concentration monopolistique générant des inégalités socio-économico- sanitaires et l’emmaillotement numérique par une informatique omniprésente et ubiquitaire. En effet, une trentaine de milliardaires se partagent actuellement la moitié des richesses humaines totales et administrent au moyen de puissants outils (Google, Amazon, Facebook, Apple, Baidu, Ali-baba, Tencent, Xiaomi) l’activité cognitive de milliards de gens. Cette inégalité est inédite à l’échelle de l’histoire d’Homo sapiens.

Les outils numériques qui réorganisent les liens sociaux, les prothèses cognitives (smartphones, ordinateurs, interfaces de réalité augmentée, etc.), de puissants algorithmes (IA, big data) et la robotique (drones, satellites, véhicules autonomes) reconfigurent l’activité sociale sous forme de gigantesques essaims continentaux nommés les ruches (occidentale, chinoise, etc.).

Image tirée de « Chute libre » (2014), de la saison 3 de la série Black Mirror

Cette nouvelle citoyenneté au sein de la ruche s’exprimerait par l’obtention d’un confort (produits numériques de loisirs, de transports ou de domotique) et d’une sécurité de vie (suivi médical, contrôle social) accrus du fait de la technologie, mais au prix de l’abandon croissant du libre arbitre et de la libre circulation des individus, délégués à des systèmes informatisés, comme l’illustre le film Ready Player One de Steven Spielberg (2018).

Dans une certaine mesure, l’otaku japonais préfigurerait une société cyborg, résignée et tentée par le repli sur soi numérique sans baisse de productivité économique.

Mais alors comment échapper au sentiment d’« ultra moderne solitude » chantée par Alain Souchon, d’autant plus fort en temps de crise sanitaire liée à la Covid-19 ? Une prise de conscience collective, paradoxalement susceptible de se faire au moyen des outils numériques, pourrait aboutir à un large débat public démocratique afin d’évaluer sainement et de façon dépassionnée les coûts et les avantages de l’immense transformation en cours afin d’en limiter certains effets délétères.

* Maxime Derian, Les Prothèses cognitives du corps humain, Londres, ISTE éditions, 2018.

Plus d’éléments de réflexion à propos des frontières de l’humain sont disponibles dans le catalogue de l’exposition. L’exposition au Musée de l’Homme peut être visitée du 13 octobre 2021 au 30 mai 2021 à Paris.

Abstract in English: If the cyborg remains a human – repaired, augmented or diminished -, the emergence of metaphorical or real figures such as the latter as well as hybrids, robots, drones and AIs, is perhaps the expression of an anthropological major shift.

Indeed, beyond the question of the enhanced humanity, transhumanism and the possibility of posthumanism, it seems topical to ask whether it is not society itself that is in the process of becoming ‘cyborgised’ on a global scale. In such a case, rather than listing the anthropotechnical technologies (of human modification) that have appeared since the invention of computers, it seems appropriate to anticipate and attempt to understand the ethical, political, economic and social issues emblematic of these technologies.

Hence the concept of the ‘hive-society’, used to describe this possible major break in history marked by the advent of an organisation that is above all administered by – and sometimes for – digital machines.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : “Aux frontières de l’humain”. Partie 3 : Je suis un cyborg

L’Homme est-il un être singulier et supérieur ? Qu’est-ce qui définit l’être humain ? Faut-il accorder à l’animal une personnalité juridique ? Peut-on encore parler de frontières entre l’Homme et l’animal ? Explorer nos limites, interroger notre devenir en tant qu’humain et plus globalement envisager celui de la planète, tel est le vaste champ d’investigation proposé à l’occasion de l’exposition proposée par le Museum nationale d’Histoire naturelle, dès le 13 octobre 2021.

Aux frontières de l’Humain tracera les contours de l’identité humaine du temps des origines (depuis quand l’Homme se définit-il en tant qu’Homme ?) à un futur fantasmé (quand cessera-t-il de l’être ?). Au cours de ce cheminement, la rencontre avec l’Homme hybride, réparé ou augmenté, donnera à réfléchir sur la frontière entre nature et culture et sur les limites physiologiques ou éthiques d’une telle évolution transhumaniste.

Lien pour télécharger le dossier de presse complet de l’exposition Aux Frontières de l’Humain (.pdf)

Pendant des siècles l’affaire fut entendue, la question réglée : l’humain, créature divine ou être de raison, trônait au sommet de la chaîne de l’évolution, se distinguant clairement de l’animal et l’on pouvait décliner sans crainte ses facultés prétendument spécifiques. Les religions monothéistes, la philosophie et l’ignorance du caractère buissonnant de notre évolution ont forgé la supériorité de l’humain, érigé des frontières étanches entre « nous » et le reste du monde vivant. Au XIXe siècle la classification des espèces a été faite en comparant le reste du vivant à l’Homme, conformément aux conceptions en vigueur. En novembre 1859, la publication de l’Origine des espèces de Charles Darwin a ébranlé l’anthropocentriste alors de rigueur, tandis que la science moderne a inversé la manière de voir. Construite culturellement, mais non fondée scientifiquement, la frontière entre l’homme et l’animal s’est alors brouillée.

Un exosquelette contemporain (source Clinatec CEA-Leti Grenoble)

Les frontières du vivant sont instables et les spécificités humaines se sont brouillées, tant par une meilleure connaissance de notre lointain passé – nous ne sommes que des primates parmi les autres – que par la dynamique des innovations technologiques qui repoussent nos limites humaines. Paradoxalement, voilà l’humain aujourd’hui plus proche de l’animal et en même temps loin de sa propre nature : réparé, augmenté, connecté. Par son ancrage dans des préoccupations contemporaines, l’exposition Aux frontières de l’humain s’inscrit dans une programmation dont l’orientation a été initiée en 2017, avec l’exposition Nous et les autres, des préjugés au racisme. Le Musée de l’Homme affirmait ainsi son positionnement en tant que musée de société, dont la programmation entre en résonance avec les grands axes développés dans l’exposition permanente de la Galerie de l’Homme : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Je suis un cyborg

Conseillers scientifiques : Jean-Marie BESNIER, philosophe ; Maxime DERIAN, anthropologue des techniques et de la santé ; Bernard ANDRIEU, professeur en épistémologie du corps et des pratiques ; Laurent DEVILLERS, professeur en intelligence artificielle et éthique

Pacemakers pour les déficients cardiaques, prothèses-lames pour les athlètes en handisport, exosquelettes pour augmenter les capacités de vision et de déplacement, main bionique, lunettes connectées… Le cyborg est un humain réparé, augmenté ou connecté. Certaines formes d’hybridation sont invasives et modifient le corps de l’individu de manière irréversible.

Kelly Knox – Photo Omkaar-Kotdeia

Dans une ambiance futuriste le visiteur est plongé dans le monde imaginaire des super-héros bardés de métal et dans la réalité des innovations technologiques. Le cyborg se découvre dans un foisonnement d’images – affiches, extraits de films et de séries, photos et objets – selon quatre thématiques : les prothèses, les exosquelettes, les implants et le corps connecté.

Cyborg : héros de science-fiction et humain hybridé

Le premier humain augmenté s’appelle Steve Austin, c’est un astronaute américain, héros du roman de science-fiction de Martin Caidin, intitulé Cyborg et paru en 1972. Après avoir perdu un œil, une jambe et un bras, Steve Austin est réparé par un docteur génial, il est équipé de prothèses bioniques et se voit confier de dangereuses missions. Le roman donnera lieu à une série TV et inaugurera la longue liste des célèbres personnages de fiction dotés de prothèses : Inspecteur Gadget, Iron Man, Dark Vador, Robocop, Alita, Edward aux mains d’argent, etc. Les comics américains, les romans de SF, les films à grand spectacle et les jeux vidéo sont leur domaine. Contracté en cyborg, le terme « cybernetic organism », a été inventé en 1960 par des chercheurs du Rockland Syate Hospital de New York : Manfred Clynes et Nathan S. Kline. Ils imaginaient alors un Homme « augmenté », dans la perspective d’un voyage interplanétaire. Par extension, le terme désigne l’hybridité d’un organisme biologique relié à des prothèses. Le cyborg est un humain, greffé avec de la mécanique et de l’électronique, à ne pas confondre avec un robot qui est un assemblage entièrement artificiel.

Pour Maxime Derian, anthropologue des techniques de la santé, le cyborg est très difficile à définir : « C’est une figure qui vient de la science, qui a peuplé l’imaginaire avec une très forte résonance. Aujourd’hui le cyborg nous interroge sur les enjeux réels de notre rapport aux machines. »

Toutes les formes d’hybridation font-elles de l’humain un cyborg ? Selon Maxime Derian : « Est cyborg celui qui se sent cyborg, qui a intégré la machine dans son schéma corporel. »

Dans la diversité du monde des cyborgs

Prothèses, exosquelettes, implants, corps connecté : les formes d’hybridation sont multiples. Souvent initiées par la médecine ou par l’armée, les innovations technologiques sont ensuite réinterprétées par le sport, la mode, l’industrie ou l’art, donnant parfois naissance à des objets de consommation de masse. En quelques siècles et notamment à la faveur des guerres, les pratiques de reconstruction de l’humain ont considérablement évolué, grâce aux progrès de la chirurgie et de l’industrie, à l’évolution des matériaux (bois, cuir, fibre de verre, fibre de carbone, alliages légers) et aux nanotechnologies. Le cyborg n’évolue plus seulement dans le monde de la fiction, par un simple geste chirurgical, l’humain peut être réparé, augmenté et connecté.

Les prothèses, du bois au bionique

La prothèse prolonge un membre ou remplace un organe. Au XVIIe siècle, Ambroise Paré, chirurgien spécialiste des blessures de guerre, en fut l’un des inventeurs, il s’agissait alors de sortes de manchons en bois. Les guerres ont été de puissants accélérateurs, tant sur le plan chirurgical que technique. Qu’il s’agisse de 14-18, et ses nombreux blessés, amputés et « gueules cassées », ou des actuels projets de « soldats augmentés » pour anticiper les conflits du futur. Dans le domaine de la prothèse, comme le précise Bernard Andrieu, professeur en épistémologie du corps : « La grande démarcation, c’est le bionique, c’est à dire la connexion de la prothèse au système nerveux. Une technologie encore très coûteuse qui nécessite une longue période de rééducation. » Mise au point aux États-Unis et expérimentée sur les soldats invalides, de retour de la guerre du Golfe en 1991, son développement fut financé par la DARPA, Agence américaine de la défense, chargée de la recherche à usage militaire.

En France, en 2018, à la clinique Jules Verne de Nantes, Priscilla Deborah, artiste peintre, a été la première femme équipée d’une main bionique.

Prothèses design

En 2019, la performeuse Victoria Modesta, amputée d’une jambe, participait à un show bionique au Crazy Horse, dansant avec une étonnante prothèse « pic à glace ». Une véritable œuvre d’art conçue par « The Alternative Limb Project », une société londonienne fondée en 2011 par l’artiste designer Sophie de Oliveira Barata. Ses prothèses sophistiquées, mélange de modélisation 3D, de sculpture et d’électronique, sont conçues pour des personnalités qui n’entendent pas cacher leur handicap, parmi lesquels figurent Kelly Knox mannequin sans avant-bras et Aimee Mullins (amputée des deux jambes), championne olympique et mannequin.

Les exosquelettes décuplent les forces

En zoologie un exosquelette désigne la carapace d’insecte ou de tortue, c’est à dire la structure externe, dure, qui enveloppe les arthropodes… En robotique un exosquelette est un équipement articulé et motorisé, fixé sur différentes parties du corps pour en augmenter les capacités : rendre la mobilité à des personnes handicapées, faciliter le port de charges lourdes, doter les personnes exposées au danger de surcapacités de protection, de vision, de déplacement. Ces dispositifs robotisés sont déjà utilisés dans l’industrie et appelés à des applications dans le domaine militaire. Depuis 2014, des projets sont développés par la DARPA pour équiper les militaires de TALOS, une armure surnommée « Iron Man Suit ».

Les implants, une technologie embarquée

À la différence des équipements externalisés, les implants sont des dispositifs artificiels, intégrés à l’intérieur du corps, pour pallier un organe déficient ou amputé. Dans les années 1960, avec le cœur artificiel, un pas a été franchi. Selon, Bernard Andrieu : « Les implants constituent une autre forme d’hybridation, il s’agit de restaurer une fonction déficiente par une technologie embarquée, mais dans ce cas on crée des systèmes de dépendance ».

Major Motoko Kusanagi, l’hybride-cyborg au cœur du récit de Ghost in the Shell (Kōkaku kidōtai). Manga original de Masamune Shirow 1991, film de Mamoru Oshii 1995)

 On distingue les implants inertes (cristallins, prothèses du genou, de la hanche) et les implants actifs (pacemakers, pancréas artificiel, neurostimulateur). Au-delà de la chirurgie réparatrice, les implants peuvent être détournés de leur fonction par des performeurs du « body-art » qui explorent les possibilités d’hybridation sur leur propre corps, ou encore par des pirates qui, à l’aide de puces électroniques sous la peau, peuvent déverrouiller des smartphones ou payer sans contact.Le corps connecté, la révolution est en marche

Serait-il provocateur de penser que les smartphones nous ont désormais transformés en cyborgs ? Et que dire des capteurs d’activité dont s’équipent les sportifs ? Ils sont devenus le nouveau champ d’application du corps connecté. À l’autre bout du spectre, c’est à la connaissance du cerveau, grand défi de la prochaine décennie, que s’intéresse la recherche médicale, ouvrant ainsi la voie à des questionnements éthiques autour de l’optimisation neuronale… Ce sera, comme l’anticipe Bernard Andrieu « la fin du téléphone portable, nous serons connectés avec notre environnement par des implants sous-cutanés. ».

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

In February 2022, the University’s hometown Esch-sur-Alzette will launch the European Capital of Culture, Esch2022

In February 2022, the University’s hometown Esch-sur-Alzette will launch the European Capital of Culture 2022, under the leitmotiv REMIX. The University will support Esch2022 with eight diverse and integrative projects, and has launched a website dedicated to these activities.

Participating University researchers and teachers explore the leitmotiv REMIX by using science and innovation as a bridge. By connecting science and arts, culture, architecture, history, sociology or geography, the University projects invite participants to discover elements of the past, the present and the future.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn