Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges

Interview de Maxime Derian à propos des enjeux techniques et anthropologiques de la colonisation de Mars de
Maxime Derian interrogé par la compagnie van Tsui à propos des enjeux anthropologiques de la colonisation de Mars
La phase 1 (rencontres avec des scientifiques) du projet  “Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges” de la compagnie van Tsui (dans le cadre de Esch 2022) se termine. Bientôt aura lieu la phase 2 : le débat citoyen.
 
Une rencontre a notamment eu lieu fin 2021 avec Dr. Maxime DERIAN, socio-anthropologue qui s’intéresse à l’Homme augmenté, au cyborg, à l’Intelligence Artificielle et aux sols eschois et martiens pour parler des défis techniques, écologiques et anthropologiques auxquels fera face toute tentative de colonisation de la planète Mars.
La fécondité sur Mars illustration basée sur l'interview de Maxime Derian
 
Plus d’infos sur le site web de l’exposition a compagnie van Tsui :
Sur Facebook également : illustrations tirées de l’interview
 

Dans le cadre de Esch2022, capitale européenne de la culture.

Ce projet est soutenu par la Ville d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg).Esch 2022

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : “Aux frontières de l’humain”. Partie 5 : Je suis immortel

La science peut-elle nous faire espérer l’immortalité ?

Urne funéraire réalisée pour l’exposition – Copyright : MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE (utilisation libre de droit)

Les promesses des transhumanistes

Peut-on augmenter les capacités humaines jusqu’à ne plus mourir ? Certains adeptes du courant de pensée transhumaniste, refusant l’essence même de la condition humaine, sa fragilité́ et sa finitude, promettent de supprimer la maladie, la vieillesse et pourquoi pas, la mort, ou tout du moins une mort très éloignée, toujours choisie, jamais subie. Si l’aspiration à l’immortalité remonte à l’Antiquité, le terme « transhumanisme » a été forgé vers 1950 en Californie, foyer de différents courants qui, nourris des progrès technologiques, se sont développés dans les années 1980-1990.

Fantasme et illusions. Les promesses des transhumanistes sont abordées dans un film de 5 minutes traité sur un ton humoristique, avec une émission hebdomadaire « T comme Tendances » qui parle des « Nouvelles Tendances Mortalité ». En duplex du L.A DeathLab, la présentatrice évoque les différentes façons de repousser la mort : cryogénie, rajeunissement des cellules, substitution d’organes, minduploading… La vieillesse est selon elle une maladie qu’il faut éradiquer ! Il existe plusieurs courants transhumanistes, chacun explorant une ou plusieurs voies, mais toujours avec un même but, vivre encore et encore.

Garder les corps au froid, mais après ? La cryogénisation existe déjà. Elle consiste à conserver un être humain (en totalité ou en partie) en état de mort clinique, dans de l’azote liquide à une température de –196 °C. Le procédé n’aurait séduit qu’environ 2 000 personnes dans le monde. Les plus optimistes ne font cryogéniser que leur tête, imaginant que dans le futur, on leur trouvera un corps idéal. Les entreprises Kriorus en Russie, Alcor Life Extension Foundation ou Cryonics Institute aux États-Unis, vendent leurs services de cryogénisation entre 30 000 et 200 000 dollars, même si à ce jour, aucune technique ne permet le retour à la vie.

Allonger la durée de la vie. Le courant « technoprogressiste » développe le concept d’amortalité : il ne s’agit pas de chercher l’immortalité, mais d’allonger la durée de la vie en bonne santé, en évitant accidents et maladies et en réduisant les problèmes dûs au vieiliessement. Ce courant mène notamment des essais sur la rapamycine, une molécule testé e sur des souris. Les recherches des transhumanistes se portent également sur les nanotechnologies (les technologies qui peuvent intervenir à l’échelle de l’infiniment petit) et sur la façon dont elles pourraient permettre d’agir sur les cellules afin de les rajeunir, ou de remplacer les défectueuses par des neuves, cultivées in vitro. D’autres recherches sont menées sur le fait de remplacer des organes défectueux, qu’on pourrait changer comme les pièces d’une machine. Autre voie possible : mieux identifier les gènes de la longévité et agir sur eux pour ralentir le vieillissement.

Télécharger le cerveau. L’uploading du cerveau est l’une des pistes avancées par les transhumanistes pour vaincre la mort. « Dans trente ans, les humains seront capables de télécharger leur esprit en totalité vers des ordinateurs pour devenir numériquement immortels. » annonçait Ray Kurzweil. Il s’agit de stocker sa propre mémoire et au-delà « toute la personnalité, la mémoire, les talents et le passé d’une personne » dans une interface digitale, ou de la réimplanter dans un robot, voire dans le Cloud. Ray Kurzweil est un des pionniers de la transformation de l’espèce : ingénieur, professeur au MIT, auteur à succès, il contribue aujourd’hui au programme de recherche en intelligence artificielle « Google Brain ».

Milliardaires et visionnaires : Le mouvement transhumaniste ne manque ni d’ambitions, ni de moyens, ni de personnalités médiatiques, parmi lesquelles : Raymond Kurzweil, Dmitry Itskov, milliardaire russe fondateur de l’entreprise « 2045 Initiative » ; Max More, philosophe et futurologue, fondateur du magazine Extropy ; Elon Musk, entrepreneur très influent à la tête de Neuralink, start-up fondée en 2016, spécialiste des interfaces neuronales. Souvent issus de la Silicon Valley ou évoluant dans l’économie des GAFA, les transhumanistes mobilisent d’importants financements privés. Ils investissent ou dirigent des laboratoires de recherches sur le ralentissement du vieillissement, des sociétés de cryogénisation, des programmes de recherches sur l’intelligence artificielle. Ils sont jugés dangereux par certains et visionnaires par d’autres.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Mutation numérique et prothèses : à propos des promesses et des déceptions (textes en accès libre de S. Lepastier, V. Savvaki, de V. Gourinat et de P.-F. Groud)

Couverture de l'ouvrage l'humain et ses prothèses CNRS 2017Extraits de “De l’homme blessé à l’homme augmenté : conflits et identifications” par le Dr. Samuel Lepastier issu de l’ouvrage L’humain et ses prothèses (2017).

Samuel Lepastier propose de prolonger la réflexion à propos de l’hybridation des humains et des outils numériques développée dans ma thèse de doctorat au moyen de la psychanalyse.

Selon Samuel Lepastier :

Il faut donc non seulement prendre en compte l’accroissement des capacités apporté par l’appareillage mécanique et numérique, mais au moins autant percevoir l’intégration psychique de celui-ci au sein des représentations mentales préexistantes du corps humain chez les utilisateurs. En d’autres termes, il convient de s’interroger sur le statut de la limite – ou de l’interface si l’on préfère – entre prothèse, matériel inanimé, et corps vivant. Cette question a fait l’objet de la thèse d’anthropologie de Maxime Derian. Cette recherche mérite d’être prolongée par des perspectives psychanalytiques afin de mieux percevoir – pour s’exprimer de manière imagée – la place faite à la prothèse dans les rêves de l’usage.

(…)

Pour celui qui en est le destinataire, la place d’une prothèse ne se limite pas à l’outil du corps destiné à l’accomplissement de mouvements et fonctions auparavant impossibles sans elle, mais elle occupe une place à la fois imaginaire et symbolique dans son psychisme.

(…)

Aujourd’hui, les nouvelles prothèses privilégient des modèles qui, en laissant apparente la mécanique interne, valorisent l’appartenance au monde numérique en inscrivant leur utilisateur dans l’univers mythique de la science-fiction. La personne handicapée n’est plus seulement un être démuni puisqu’elle accède ainsi au statut de cyborg.

(…)

L’homme-machine », question classique de philosophie, a pris récemment une actualité nouvelle. Si, traditionnellement, une démarcation étanche avait été tracée entre l’homme, image de Dieu sur Terre, et l’animal, celle-ci a été mise à mal au XIXe siècle par les progrès des connaissances en biologie, la théorie de l’évolution en particulier. Parallèlement, la révolution industrielle d’abord, la mutation numérique ensuite, ont contribué à déplacer la question des frontières de l’humain plutôt du côté de son hybridation avec la machine.

Lien vers le texte complet de texte du Dr. Samuel Lepastier disponible sur OpenEditions Books.

Son approche portant sur un questionnement sur les promesses et les “rêves d’usage” (et donc le risque de déception et de désillusion) est très intéressante et rejoint le texte de Dr. Véra Savvakicelui de Dr. Valentine Gourinat  et celui de Dr. Paul-Fabien Groud publiés dans le même ouvrage (à présent en accès libre).

À noter que Valentine Gourinat et  Paul-Fabien Groud travaillent à présent particulièrement sur la question de vieillir avec un port de prothèse au quotidien (dans le cadre du consortium “Corps & prothèses”.) Véra Savvaki, de son côté, a particulièrement étudié la question de l’agénésie sous l’angle psychanalytique.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn