Exposition “Aux Frontières de l’Humain” : on en parle dans la presse…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les progrès technologiques ont permis de réparer notre corps biologique et d’accroître nos potentiels physiques et intellectuels, mais jusqu’où peut-on aller tout en restant humain, individuellement et collectivement  N’avons-nous pas compromis notre propre avenir en malmenant la planète ? au nom du progrès ?

Le cyborg est un humain réparé, augmenté ou connecté. Certaines formes d’hybridation sont invasives et modifient le corps de l’individu de manière irréversible.

Hominidés.com 11/03/2022

En écho à l’exposition Aux frontières de l’humain, à l’affiche du Musée de l’Homme à Paris jusqu’au 13 juin, Enki Bilal projette à travers une trentaine d’œuvres sa vision personnelle de l’être humain à l’heure des prothèses, des organes artificiels et plus largement du transhumanisme.

France Info  20/03/2022

Pédagogique et malin.

L’officiel des spectacles 4/01/2022

Très vivant, parfois drôle – tels ce débat mis en scène sur le statut animal et ce laboratoire où on vous invite à choisir les caractéristiques d’un bébé comme s’il s’agissait d’une commande en ligne –, le propos tente d’éveiller nos consciences à ces bouleversements, à partir des données de la science et loin des fantasmes 

Télérama janvier 2022

Aux frontières de l’humain est une exposition « d’idées ». La muséographie conjugue sur 600 m² une grande variété de médias et fait cohabiter des dispositifs complémentaires : œuvres d’art contemporain, objets muséographiques, dispositifs audiovisuels, multimédias et sonores.

Mairie de Paris 26/11/2021

Ce parcours convoque souvent l’humour – parfois teinté de noir. Tout en croisant les savoirs, il accorde une belle place à l’art contemporain.

Le Monde 26/10/2021

Ancrée dans des préoccupations contemporaines, l’exposition Aux frontières de l’humain, présentée par le Musée de l’Homme à Paris, pousse les visiteurs à se demander qui ils sont et à s’interroger sur l’avenir de la planète.

Comment l’être humain, à l’origine simple primate, a-t-il évolué pour devenir l’homme hyper-connecté d’aujourd’hui ?

Réforme.net 23/10/2021

“Aux frontières de l’humain”, une exposition qui interroge sur notre devenir

Intelligente, surprenante par sa mise en scène et parfois subversive, l’exposition du Musée de l’Homme qui a débuté le 13 octobre ouvre un vaste champ d’exploration.

L’Express 14/10/2021

Aux frontières de l’humain ouvre un vaste champ d’investigations. Les progrès technologiques ont permis de réparer notre corps biologique et d’accroître nos potentiels physiques et intellectuels, mais jusqu’où peut-on aller tout en restant humain, individuellement et collectivement ? N’avons-nous pas compromis notre propre avenir en malmenant la planète au nom du progrès ?

Du prologue à l’épilogue, le parcours est construit selon une dynamique : plus l’on progresse dans l’exposition, plus les humains semblent s’affranchir de leurs limites, jusqu’au transhumanisme et ses promesses d’immortalité.

France Culture 13/10/2021

Jamais l’humain n’a eu autant les moyens de se changer lui-même. Jusqu’où peut-il se considérer en tant que tel lorsqu’il est réparé, augmenté, connecté ? C’est tout l’objet du volet «Je suis un cyborg» de l’exposition «Aux frontières de l’humain» qui s’ouvre au musée de l’Homme, ce mercredi, et «trace en six étapes clés les contours de l’identité humaine».

Libération 13/10/2021

Voilà une question qui taraude les philosophes et les scientifiques depuis des siècles : qu’est-ce que l’humain ? Le Musée de l’Homme nous entraîne dans cette grande quête de sens, aux Frontières de l’humain, pour un voyage phénoménal.

Sortir à Paris 8/10/2021

Explorer nos limites, interroger notre devenir en tant qu’humain et, plus globalement, envisager celui de la planète, tel est le vaste champ d’exploration que vous propose cette nouvelle exposition à découvrir au musée de l’Homme !

France Télévisions octobre 2021

(Elle) s’interrogera sur ce qui explique que l’Homme se définit en tant que tel et sur quand il finira par ne plus l’être, avec tout un parcours conduisant à la technologie qui tend à faire de l’être humain, un hybride entre chair et machine, en une évolution transhumaniste semblant inéluctable. L’exposition sera rythmée en cinq parties différentes et encadrées d’un prologue et d’un épilogue, donnant l’impression de suivre une aventure de son début à la fin, au fur et à mesure que les humains s’affranchissent de leurs limites, avec à chaque partie, une ambiance spécifique en matière d’éclairage, d’organisation, d’ambiance. Le tout, composé d’oeuvres d’art contemporain, d’objets issus du musée, de dispositifs multimédias et de projections audiovisuelles souvent impressionnantes.

Art Critique 7/09/2021

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges

Interview de Maxime Derian à propos des enjeux techniques et anthropologiques de la colonisation de Mars de
Maxime Derian interrogé par la compagnie van Tsui à propos des enjeux anthropologiques de la colonisation de Mars
La phase 1 (rencontres avec des scientifiques) du projet  “Esch-Mars. De terres rouges en terres rouges” de la compagnie van Tsui (dans le cadre de Esch 2022) se termine. Bientôt aura lieu la phase 2 : le débat citoyen.
 
Une rencontre a notamment eu lieu fin 2021 avec Dr. Maxime DERIAN, socio-anthropologue qui s’intéresse à l’Homme augmenté, au cyborg, à l’Intelligence Artificielle et aux sols eschois et martiens pour parler des défis techniques, écologiques et anthropologiques auxquels fera face toute tentative de colonisation de la planète Mars.
La fécondité sur Mars illustration basée sur l'interview de Maxime Derian
 
Plus d’infos sur le site web de l’exposition a compagnie van Tsui :
Sur Facebook également : illustrations tirées de l’interview
 

Dans le cadre de Esch2022, capitale européenne de la culture.

Ce projet est soutenu par la Ville d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg).Esch 2022

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : “Aux frontières de l’humain”. Partie 5 : Je suis immortel

La science peut-elle nous faire espérer l’immortalité ?

Urne funéraire réalisée pour l’exposition – Copyright : MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE (utilisation libre de droit)

Les promesses des transhumanistes

Peut-on augmenter les capacités humaines jusqu’à ne plus mourir ? Certains adeptes du courant de pensée transhumaniste, refusant l’essence même de la condition humaine, sa fragilité́ et sa finitude, promettent de supprimer la maladie, la vieillesse et pourquoi pas, la mort, ou tout du moins une mort très éloignée, toujours choisie, jamais subie. Si l’aspiration à l’immortalité remonte à l’Antiquité, le terme « transhumanisme » a été forgé vers 1950 en Californie, foyer de différents courants qui, nourris des progrès technologiques, se sont développés dans les années 1980-1990.

Fantasme et illusions. Les promesses des transhumanistes sont abordées dans un film de 5 minutes traité sur un ton humoristique, avec une émission hebdomadaire « T comme Tendances » qui parle des « Nouvelles Tendances Mortalité ». En duplex du L.A DeathLab, la présentatrice évoque les différentes façons de repousser la mort : cryogénie, rajeunissement des cellules, substitution d’organes, minduploading… La vieillesse est selon elle une maladie qu’il faut éradiquer ! Il existe plusieurs courants transhumanistes, chacun explorant une ou plusieurs voies, mais toujours avec un même but, vivre encore et encore.

Garder les corps au froid, mais après ? La cryogénisation existe déjà. Elle consiste à conserver un être humain (en totalité ou en partie) en état de mort clinique, dans de l’azote liquide à une température de –196 °C. Le procédé n’aurait séduit qu’environ 2 000 personnes dans le monde. Les plus optimistes ne font cryogéniser que leur tête, imaginant que dans le futur, on leur trouvera un corps idéal. Les entreprises Kriorus en Russie, Alcor Life Extension Foundation ou Cryonics Institute aux États-Unis, vendent leurs services de cryogénisation entre 30 000 et 200 000 dollars, même si à ce jour, aucune technique ne permet le retour à la vie.

Allonger la durée de la vie. Le courant « technoprogressiste » développe le concept d’amortalité : il ne s’agit pas de chercher l’immortalité, mais d’allonger la durée de la vie en bonne santé, en évitant accidents et maladies et en réduisant les problèmes dûs au vieiliessement. Ce courant mène notamment des essais sur la rapamycine, une molécule testé e sur des souris. Les recherches des transhumanistes se portent également sur les nanotechnologies (les technologies qui peuvent intervenir à l’échelle de l’infiniment petit) et sur la façon dont elles pourraient permettre d’agir sur les cellules afin de les rajeunir, ou de remplacer les défectueuses par des neuves, cultivées in vitro. D’autres recherches sont menées sur le fait de remplacer des organes défectueux, qu’on pourrait changer comme les pièces d’une machine. Autre voie possible : mieux identifier les gènes de la longévité et agir sur eux pour ralentir le vieillissement.

Télécharger le cerveau. L’uploading du cerveau est l’une des pistes avancées par les transhumanistes pour vaincre la mort. « Dans trente ans, les humains seront capables de télécharger leur esprit en totalité vers des ordinateurs pour devenir numériquement immortels. » annonçait Ray Kurzweil. Il s’agit de stocker sa propre mémoire et au-delà « toute la personnalité, la mémoire, les talents et le passé d’une personne » dans une interface digitale, ou de la réimplanter dans un robot, voire dans le Cloud. Ray Kurzweil est un des pionniers de la transformation de l’espèce : ingénieur, professeur au MIT, auteur à succès, il contribue aujourd’hui au programme de recherche en intelligence artificielle « Google Brain ».

Milliardaires et visionnaires : Le mouvement transhumaniste ne manque ni d’ambitions, ni de moyens, ni de personnalités médiatiques, parmi lesquelles : Raymond Kurzweil, Dmitry Itskov, milliardaire russe fondateur de l’entreprise « 2045 Initiative » ; Max More, philosophe et futurologue, fondateur du magazine Extropy ; Elon Musk, entrepreneur très influent à la tête de Neuralink, start-up fondée en 2016, spécialiste des interfaces neuronales. Souvent issus de la Silicon Valley ou évoluant dans l’économie des GAFA, les transhumanistes mobilisent d’importants financements privés. Ils investissent ou dirigent des laboratoires de recherches sur le ralentissement du vieillissement, des sociétés de cryogénisation, des programmes de recherches sur l’intelligence artificielle. Ils sont jugés dangereux par certains et visionnaires par d’autres.

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn