Exposition : “Aux frontières de l’humain”. Partie 3 : Je suis un cyborg

L’Homme est-il un être singulier et supérieur ? Qu’est-ce qui définit l’être humain ? Faut-il accorder à l’animal une personnalité juridique ? Peut-on encore parler de frontières entre l’Homme et l’animal ? Explorer nos limites, interroger notre devenir en tant qu’humain et plus globalement envisager celui de la planète, tel est le vaste champ d’investigation proposé à l’occasion de l’exposition proposée par le Museum nationale d’Histoire naturelle, dès le 13 octobre 2021.

Aux frontières de l’Humain tracera les contours de l’identité humaine du temps des origines (depuis quand l’Homme se définit-il en tant qu’Homme ?) à un futur fantasmé (quand cessera-t-il de l’être ?). Au cours de ce cheminement, la rencontre avec l’Homme hybride, réparé ou augmenté, donnera à réfléchir sur la frontière entre nature et culture et sur les limites physiologiques ou éthiques d’une telle évolution transhumaniste.

Lien pour télécharger le dossier de presse complet de l’exposition Aux Frontières de l’Humain (.pdf)

Pendant des siècles l’affaire fut entendue, la question réglée : l’humain, créature divine ou être de raison, trônait au sommet de la chaîne de l’évolution, se distinguant clairement de l’animal et l’on pouvait décliner sans crainte ses facultés prétendument spécifiques. Les religions monothéistes, la philosophie et l’ignorance du caractère buissonnant de notre évolution ont forgé la supériorité de l’humain, érigé des frontières étanches entre « nous » et le reste du monde vivant. Au XIXe siècle la classification des espèces a été faite en comparant le reste du vivant à l’Homme, conformément aux conceptions en vigueur. En novembre 1859, la publication de l’Origine des espèces de Charles Darwin a ébranlé l’anthropocentriste alors de rigueur, tandis que la science moderne a inversé la manière de voir. Construite culturellement, mais non fondée scientifiquement, la frontière entre l’homme et l’animal s’est alors brouillée.

Un exosquelette contemporain (source Clinatec CEA-Leti Grenoble)

Les frontières du vivant sont instables et les spécificités humaines se sont brouillées, tant par une meilleure connaissance de notre lointain passé – nous ne sommes que des primates parmi les autres – que par la dynamique des innovations technologiques qui repoussent nos limites humaines. Paradoxalement, voilà l’humain aujourd’hui plus proche de l’animal et en même temps loin de sa propre nature : réparé, augmenté, connecté. Par son ancrage dans des préoccupations contemporaines, l’exposition Aux frontières de l’humain s’inscrit dans une programmation dont l’orientation a été initiée en 2017, avec l’exposition Nous et les autres, des préjugés au racisme. Le Musée de l’Homme affirmait ainsi son positionnement en tant que musée de société, dont la programmation entre en résonance avec les grands axes développés dans l’exposition permanente de la Galerie de l’Homme : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Je suis un cyborg

Conseillers scientifiques : Jean-Marie BESNIER, philosophe ; Maxime DERIAN, anthropologue des techniques et de la santé ; Bernard ANDRIEU, professeur en épistémologie du corps et des pratiques ; Laurent DEVILLERS, professeur en intelligence artificielle et éthique

Pacemakers pour les déficients cardiaques, prothèses-lames pour les athlètes en handisport, exosquelettes pour augmenter les capacités de vision et de déplacement, main bionique, lunettes connectées… Le cyborg est un humain réparé, augmenté ou connecté. Certaines formes d’hybridation sont invasives et modifient le corps de l’individu de manière irréversible.

Kelly Knox – Photo Omkaar-Kotdeia

Dans une ambiance futuriste le visiteur est plongé dans le monde imaginaire des super-héros bardés de métal et dans la réalité des innovations technologiques. Le cyborg se découvre dans un foisonnement d’images – affiches, extraits de films et de séries, photos et objets – selon quatre thématiques : les prothèses, les exosquelettes, les implants et le corps connecté.

Cyborg : héros de science-fiction et humain hybridé

Le premier humain augmenté s’appelle Steve Austin, c’est un astronaute américain, héros du roman de science-fiction de Martin Caidin, intitulé Cyborg et paru en 1972. Après avoir perdu un œil, une jambe et un bras, Steve Austin est réparé par un docteur génial, il est équipé de prothèses bioniques et se voit confier de dangereuses missions. Le roman donnera lieu à une série TV et inaugurera la longue liste des célèbres personnages de fiction dotés de prothèses : Inspecteur Gadget, Iron Man, Dark Vador, Robocop, Alita, Edward aux mains d’argent, etc. Les comics américains, les romans de SF, les films à grand spectacle et les jeux vidéo sont leur domaine. Contracté en cyborg, le terme « cybernetic organism », a été inventé en 1960 par des chercheurs du Rockland Syate Hospital de New York : Manfred Clynes et Nathan S. Kline. Ils imaginaient alors un Homme « augmenté », dans la perspective d’un voyage interplanétaire. Par extension, le terme désigne l’hybridité d’un organisme biologique relié à des prothèses. Le cyborg est un humain, greffé avec de la mécanique et de l’électronique, à ne pas confondre avec un robot qui est un assemblage entièrement artificiel.

Pour Maxime Derian, anthropologue des techniques de la santé, le cyborg est très difficile à définir : « C’est une figure qui vient de la science, qui a peuplé l’imaginaire avec une très forte résonance. Aujourd’hui le cyborg nous interroge sur les enjeux réels de notre rapport aux machines. »

Toutes les formes d’hybridation font-elles de l’humain un cyborg ? Selon Maxime Derian : « Est cyborg celui qui se sent cyborg, qui a intégré la machine dans son schéma corporel. »

Dans la diversité du monde des cyborgs

Prothèses, exosquelettes, implants, corps connecté : les formes d’hybridation sont multiples. Souvent initiées par la médecine ou par l’armée, les innovations technologiques sont ensuite réinterprétées par le sport, la mode, l’industrie ou l’art, donnant parfois naissance à des objets de consommation de masse. En quelques siècles et notamment à la faveur des guerres, les pratiques de reconstruction de l’humain ont considérablement évolué, grâce aux progrès de la chirurgie et de l’industrie, à l’évolution des matériaux (bois, cuir, fibre de verre, fibre de carbone, alliages légers) et aux nanotechnologies. Le cyborg n’évolue plus seulement dans le monde de la fiction, par un simple geste chirurgical, l’humain peut être réparé, augmenté et connecté.

Les prothèses, du bois au bionique

La prothèse prolonge un membre ou remplace un organe. Au XVIIe siècle, Ambroise Paré, chirurgien spécialiste des blessures de guerre, en fut l’un des inventeurs, il s’agissait alors de sortes de manchons en bois. Les guerres ont été de puissants accélérateurs, tant sur le plan chirurgical que technique. Qu’il s’agisse de 14-18, et ses nombreux blessés, amputés et « gueules cassées », ou des actuels projets de « soldats augmentés » pour anticiper les conflits du futur. Dans le domaine de la prothèse, comme le précise Bernard Andrieu, professeur en épistémologie du corps : « La grande démarcation, c’est le bionique, c’est à dire la connexion de la prothèse au système nerveux. Une technologie encore très coûteuse qui nécessite une longue période de rééducation. » Mise au point aux États-Unis et expérimentée sur les soldats invalides, de retour de la guerre du Golfe en 1991, son développement fut financé par la DARPA, Agence américaine de la défense, chargée de la recherche à usage militaire.

En France, en 2018, à la clinique Jules Verne de Nantes, Priscilla Deborah, artiste peintre, a été la première femme équipée d’une main bionique.

Prothèses design

En 2019, la performeuse Victoria Modesta, amputée d’une jambe, participait à un show bionique au Crazy Horse, dansant avec une étonnante prothèse « pic à glace ». Une véritable œuvre d’art conçue par « The Alternative Limb Project », une société londonienne fondée en 2011 par l’artiste designer Sophie de Oliveira Barata. Ses prothèses sophistiquées, mélange de modélisation 3D, de sculpture et d’électronique, sont conçues pour des personnalités qui n’entendent pas cacher leur handicap, parmi lesquels figurent Kelly Knox mannequin sans avant-bras et Aimee Mullins (amputée des deux jambes), championne olympique et mannequin.

Les exosquelettes décuplent les forces

En zoologie un exosquelette désigne la carapace d’insecte ou de tortue, c’est à dire la structure externe, dure, qui enveloppe les arthropodes… En robotique un exosquelette est un équipement articulé et motorisé, fixé sur différentes parties du corps pour en augmenter les capacités : rendre la mobilité à des personnes handicapées, faciliter le port de charges lourdes, doter les personnes exposées au danger de surcapacités de protection, de vision, de déplacement. Ces dispositifs robotisés sont déjà utilisés dans l’industrie et appelés à des applications dans le domaine militaire. Depuis 2014, des projets sont développés par la DARPA pour équiper les militaires de TALOS, une armure surnommée « Iron Man Suit ».

Les implants, une technologie embarquée

À la différence des équipements externalisés, les implants sont des dispositifs artificiels, intégrés à l’intérieur du corps, pour pallier un organe déficient ou amputé. Dans les années 1960, avec le cœur artificiel, un pas a été franchi. Selon, Bernard Andrieu : « Les implants constituent une autre forme d’hybridation, il s’agit de restaurer une fonction déficiente par une technologie embarquée, mais dans ce cas on crée des systèmes de dépendance ».

Major Motoko Kusanagi, l’hybride-cyborg au cœur du récit de Ghost in the Shell (Kōkaku kidōtai). Manga original de Masamune Shirow 1991, film de Mamoru Oshii 1995)

 On distingue les implants inertes (cristallins, prothèses du genou, de la hanche) et les implants actifs (pacemakers, pancréas artificiel, neurostimulateur). Au-delà de la chirurgie réparatrice, les implants peuvent être détournés de leur fonction par des performeurs du « body-art » qui explorent les possibilités d’hybridation sur leur propre corps, ou encore par des pirates qui, à l’aide de puces électroniques sous la peau, peuvent déverrouiller des smartphones ou payer sans contact.Le corps connecté, la révolution est en marche

Serait-il provocateur de penser que les smartphones nous ont désormais transformés en cyborgs ? Et que dire des capteurs d’activité dont s’équipent les sportifs ? Ils sont devenus le nouveau champ d’application du corps connecté. À l’autre bout du spectre, c’est à la connaissance du cerveau, grand défi de la prochaine décennie, que s’intéresse la recherche médicale, ouvrant ainsi la voie à des questionnements éthiques autour de l’optimisation neuronale… Ce sera, comme l’anticipe Bernard Andrieu « la fin du téléphone portable, nous serons connectés avec notre environnement par des implants sous-cutanés. ».

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Le “soldat augmenté” selon l’Armée française

soldat augmenté
Un exemple de soldat augmenté par des prothèses cognitives non invasives

Je constate que certains des résultats de mon analyse sur l’invasité de l’hybridation des corps et des outils numérique et le recours au prothèses cognitives présentés dans ma thèse “Le Metal et la Chair. Anthropologie des prothèses informatisées” ont été directement réutilisées par l’Armée française pour  argumenter le discours prospectif « Éthique et soldat augmenté » à l’occasion du Digital Forum innovation défense.

Je cite notamment ici deux passages du discours de la ministre Madame Florence Parly.

Quand on parle de soldat augmenté, on parle d’un soldat dont les capacités physiques, perceptives et cognitives sont stimulées pour renforcer son efficacité opérationnelle. En d’autres termes, le soldat augmenté existe depuis longtemps : il s’agit d’un militaire muni de jumelles de vision nocturne ou bien équipé d’un exosquelette. Mais aujourd’hui, ces augmentations deviennent aujourd’hui de plus en plus sophistiquées et ne se limitent plus à l’équipement : désormais c’est la barrière corporelle de l’homme qui pourrait être franchie pour accroître ses capacités physiques, cognitives ou psychologiques. Et c’est à ce cas précis, ce qu’on appelle des augmentations « invasives » que le comité d’éthique s’est intéressé.

(…)

Nous ne disons pas non au soldat augmenté, mais nous en choisissons les modalités : nous rechercherons toujours des alternatives aux transformations invasives, c’est-à-dire des augmentations qui ne franchissent pas la barrière corporelle. Plutôt que d’implanter une puce sous la peau, nous chercherons à l’intégrer à un uniforme. En résumé, nous disons oui à l’armure d’Iron Man et non à l’augmentation et à la mutation génétique de Spiderman.

Le discours dans son intégralité sur le site du Ministère des armées

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Covid-19 : De l’aile de la chauve-souris à l’aile d’avion. Esquisse d’une anthropologie du coronavirus (Lëtzebuerger Land, 10 avril 2020)

Avion de Clément Ader (Creative Commons)
Avion III de Clément Ader conçu en 1891-1897.
Musée des arts et métiers

Le coronavirus a provoqué le confinement de la moitié de la population de la planète et bouscule drastiquement l’économie mondiale.

En termes anthropologiques, deux caractéristiques l’ont aidé à avoir cette diffusion si fulgurante. La menace n’était initialement ni suffisamment visible ni suffisamment effrayante pour être stoppée net par l’instauration immédiate de politiques sanitaires adéquates dans tous les pays à la fois.

Une première caractéristique du coronavirus réside dans sa forte adéquation avec le fonctionnement juridique et technique du transport mondial de personnes tel qu’il existait au moment même de son apparition.

La seconde caractéristique du Sars-Cov-2 est sa paradoxale très forte compatibilité avec les propos échangés sur les réseaux sociaux numériques. Plutôt que de jouer un rôle de “système immunitaire d’information”, qui aurait été salutaire, les réseaux sociaux et les médias se sont laissés initialement prendre au jeu de la minimisation du danger.

Lire la version en ligne de l’article : « Le Malade Global », de Maxime Derian, dans l’hebdomadaire d’Lëtzebuerger Land daté du 10 avril 2020.

 


Mise-à-jour du 25/06/2020 – Le malade global. De l’aile de la chauve-souris à l’aile d’avion. Anthropologie du coronavirus (en pdf) :

De l’aile de la chauve-souris à l’aile d’avion. Esquisse d’une anthropologie du coronavirus

Le malade global

Maxime Derian

Le coronavirus a provoqué le confinement de la moitié de la population de la planète et bouscule drastiquement l’économie mondiale.

En termes anthropologiques, deux caractéristiques l’ont aidé à avoir cette diffusion si fulgurante. La menace n’était initialement ni suffisamment visible ni suffisamment effrayante pour être stoppée net par l’instauration immédiate de politiques sanitaires adéquates dans tous les pays à la fois.

D’une part, son délai d’incubation est très long (avec généralement deux semaines de décalage entre la contamination et l’apparition des symptômes). Son déclenchement à retardement induit que des individus infectés puissent aisément propager la maladie sans le savoir.

D’autre part, sa virulence extrêmement variable d’une personne à l’autre et difficilement prévisible. Sa dangerosité a initialement été souvent perçue comme relativement modérée. Cela a alimenté des discours dédramatisant (« ce n’est pas pire que la grippe »), synonymes de démobilisation inopportune de la part de bon nombre de gens. Cependant, en raison de sa totale nouveauté pour nos systèmes immunitaires, l’écrasante majorité des êtres humains est actuellement très facilement contaminable.

Virus trop discret

Une première caractéristique du coronavirus réside dans sa forte adéquation avec le fonctionnement juridique et technique du transport mondial de personnes tel qu’il existait au moment même de son apparition. Cette caractéristique d’effet à retardement est un des éléments qui a permis au virus de passer si facilement des ailes des chauves-souris aux ailes des avions, de franchir les frontières et ainsi de pouvoir contaminer tant de gens.

L’origine exacte du virus « SARS-CoV-2[1] », nom du pathogène provoquant la maladie humaine nommée « Covid-19[2] », demeure encore largement incertaine. Toutefois, de nombreux spécialistes en virologie estiment que ce coronavirus, affectant à présent les humains suite à différentes malencontreuses mutations, puisse provenir initialement de chauves-souris. Les chiroptères (les chauves-souris) ont ceci de particulier de vivre tout en étant des porteurs sains de centaines de virus différents qui sont parfois par ailleurs extrêmement virulents pour les humains (ceux de la rage ou d’Ebola notamment…). Le fonctionnement du système immunitaire et la résistance particulière de ces animaux aux virus les plus dangereux demeure assez largement une énigme.

Optimisation virale

Un virus, pour parvenir à se transmettre de façon optimale, ne doit surtout pas tuer son hôte de manière fulgurante, car dans un tel cas il est condamné à très court terme à ne pas pouvoir se diffuser du tout. Chez les chauves-souris, les virus sont donc généralement optimisés pour permettre, au minimum, à l’animal de continuer à voler durant un certain temps et ainsi potentiellement contaminer ses congénères. Le coronavirus n’affaiblit donc pas trop vite son hôte. Cette action « à retardement » a rendu le SARS-CoV-2 vraiment redoutable pour nous les humains.

En fait, il s’avère que les chauves-souris ne sont pas les seuls mammifères volants. Les humains, à leur manière, sont également très forts pour cela. Il est vrai qu’ils trichent un peu, en ayant recours des outils très ingénieux et puissants. Les avions font que des humains circulent en permanence autour du globe d’un lieu à un autre, sur tous les continents. Ce nouveau coronavirus, en présentant un délai d’incubation aussi long (environ 2 semaines) s’est avéré terriblement efficace pour se répandre telle une traînée de poudre à travers le globe au moyen du tourisme et des nombreux motifs de voyages personnels et professionnels.

La seconde caractéristique du SARS-CoV-2 est sa paradoxale très forte compatibilité avec les propos échangés sur les réseaux sociaux numériques. Plutôt que de jouer un rôle de « système immunitaire d’information », qui aurait été salutaire, les réseaux sociaux et les médias se sont laissés initialement prendre au jeu de la minimisation du danger.

Le coronavirus ne présente pas une létalité aussi effrayante que celle du virus Ebola, par exemple (entre 25 et 90 % de risque de mourir). Sa ressemblance trompeuse avec la grippe (car il présente certains symptômes similaires mais n’agit pas du tout de la même manière sur le corps humain) et surtout ses effets fortement variables selon chaque personne ont généré un discours faussement rassurant qui a désamorcé bien des mécanismes de prise de conscience jusqu’à ce qu’il soit très tard, trop tard pour empêcher que l’épidémie ne devienne une pandémie.

Distanciation générationnelle

Même quand il a commencé à faire largement parler de lui en Asie, il a encore fallu au moins six semaines pour que l’Europe, les Amériques et l’Afrique ne se sentent véritablement menacées par le SARS-CoV-2.

Pour rappel, le vendredi 24 janvier (alors qu’il n’y a encore à ce moment que 25 morts officiels et 830 personnes officiellement contaminées), seize villes chinoises de taille importante sont mises en quarantaine. Cela représente tout de même déjà 46 millions de personnes (76 fois la population du Luxembourg) et pourtant la plupart des médias et des acteur publics à ce moment présentent cette maladie comme lointaine et ayant une faible chance de sortir d’Asie. La prise de conscience a complètement varié d’un pays à l’autre.

Début mars, une grande partie de la France et du Luxembourg se sentait encore peu menacée par ce coronavirus alors même que le nord de l’Italie souffrait déjà d’une dissémination massive et exponentielle de celui-ci.

Il est triste de constater que le fait que la létalité du virus augmente avec l’âge a contribué à faire baisser la garde des moins âgés d’entre nous, ceux-là qui ne se sont pas sentis suffisamment concernés et solidaires.

Manque de coordination

Les pays déjà touchés par l’épidémie de SRAS de 2003 ont été les plus prompts à se mobiliser dès la mi-janvier (Chine, Hong-Kong, Taïwan, Singapour, Vietnam) quand d’autres pays, comme le Royaume-Uni et les USA ont été parmi les derniers à réagir (grosso modo à la mi-mars).

Deux mois et demi après le tout début de la pandémie, on constate que Singapour et la Corée du sud, pourtant parmi les premiers touchés, ne comptent respectivement que 6 et 192 morts alors que le Royaume-Uni compte plus de 6 000 et les USA 11 000 (mardi soir) décès liés à cette maladie. Autrement dit, la stratégie de l’autruche de certains peuples se solde maintenant par une catastrophe sanitaire incontrôlable. Le Premier ministre britannique lui-même a fait l’amère expérience de son attentisme en matière sanitaire. Il prônait le laisser-aller des contaminations afin d’atteindre une « immunité collective » quand 70 % de la population dont il a la charge aurait été touchée par le Covid-19. C’était sans compter sur les milliers de contaminés et de décès qu’impliquait cette stratégie douteuse. Il ne sentait probablement personnellement pas menacé par la maladie alors même qu’il avait déclaré : « many more families are going to lose loved ones before their time », en le présentant comme une fatalité volontairement assumée.

Face à la menace diffuse de la pandémie, chaque société a réagi selon ses propres fondamentaux culturels. La mise en avant de l’aspect disciplinaire, voire autoritaire, de la gestion de la pandémie en Orient tranche significativement avec la phase de déni, suivi d’une longue période de négociation, voire de tergiversations improductives, observée en Occident. Au sein même du Commonwealth, par exemple, les réactions furent très hétérogènes. Les îles d’Australie et de Nouvelle-Zélande se sont barricadées très vite alors que l’île de Grande-Bretagne resta ouverte tant aux Européens qu’aux citoyens américains. En parallèle, une séquence de « chacun pour soi et Dieu pour tous » s’est rapidement mise en place, et ce, bien malheureusement, y compris, au sein de l’UE. Les querelles autour des approvisionnements en masques chirurgicaux, FFP2, FFP3 et en blouses de protection ou encore les tergiversations françaises (fort étranges vu d’Asie) à propos du port ou non de masque en sont un parfait exemple.

Globalement, face à la peur de la mort, un comportement atavique d’angoisse et de repli sur soi de nombreux peuples s’est brusquement réactualisé.

Le monde d’après

Je postule que la société dans son ensemble, à cause de la diffusion massive des outils digitaux est, en fait, en train d’opérer une mue historique sous nos propre yeux[3].

C’était déjà en cours et la crise liée au coronavirus ne fait que l’accélérer. Les grands gagnants de cette redistribution des cartes sont sans conteste ceux qui permettent au monde de continuer actuellement à communiquer et donc bon gré mal gré à fonctionner. En effet, tant les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) et les BATX (Baidu Alibaba Tencent Xiaomi) que les grands fabricants de matériel digital (Samsung, par exemple) et les acteurs du secteur digital ont rappelé encore davantage leur rôle déterminant au sein du monde d’aujourd’hui. L’essor considérable des télécommunications, du télétravail, des téléconsultations, de l’entertainment en streaming, de l’administration en ligne renforce encore davantage le pouvoir de ceux que Jaron Lanier, (chercheur en informatique de Los Angeles et pionnier en matière de Réalité Virtuelle) nomme « les seigneurs du cloud ».

À présent, le monde entier a pris la mesure du défi qu’il doit affronter. Plus que jamais et cela est probablement ce qu’il ressort de plus positif de cette situation, le monde entier peut se sentir uni dans une lutte commune. Ce sentiment d’unité mondiale est précieux et probablement inédit. La mondialisation, qui depuis la situation de pandémie, n’est plus focalisée sur les échanges de biens et de capitaux pourrait contribuer à faire émerger un sentiment d’appartenance à une humanité globale, impliquant davantage de respect et d’humilité. Espérons que cette crise puisse nous inciter, tous, collectivement, à repenser certains traits fondamentaux de notre fonctionnement social. Espérons aussi que cela ne sera pas un feu de paille mais qu’au contraire, cela puisse alimenter l’éclat d’un nouveau Siècle des Lumières dont la planète à bien besoin. L’autre versant de ce qui peut advenir serait la mise en place d’une société à tendance autoritaire et liberticide, ce qui est une possibilité loin d’être improbable.

Cette pandémie est un brusque rappel de notre inclusion dans la nature. De notre condition « d’animal politique » pour reprendre Aristote, nous avons tendance à énormément survaloriser notre nature politique mais en niant excessivement notre part biologique intrinsèque, notre inclusion indispensable dans le reste de la biosphère.

Les écosystèmes que nous maltraitons tant sont pourtant notre berceau et notre écrin. Nous avons tendance à l’oublier. Il est d’ailleurs fort probable que ce sont des destructions d’habitats naturels de chauves-souris ou lexécution de certains spécimens de chiroptères qui ont été l’élément déclencheur de toute cette pandémie. Le « jour d’après » sera celui du bilan. Espérons que tous ces malheurs et ces erreurs serviront de creuset pour une société meilleure, une économie plus juste, solidaire et écologique.

 

Menacée par l’homme, la chauve-souris le condamne à redéfinir son mode d‘existence...

« Plus que jamais, le monde entier peut se sentir uni dans une lutte commune »

 

Maxime Derian est chercheur en anthropologie à l’Université du Luxembourg, au C²DH. Il est spécialisé dans le digital, l’analyse des sociétés industrielles et les études comparatives entre l’Europe et l’Asie.

 

[1]               « Severe Acute Respiratory Syndrome CoronaVirus 2 »

[2]               « Coronavirus disease 2019 »

[3]               Maxime Derian, Les prothèses cognitives du corps humain, 2018 / Maxime Derian, Cognitive Prosthetics, 2018

 

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn