Maxime Derian et l’IA : Perspectives sur l’avenir, la vie privée et la confiance

Made with Dall-E by Maxime Derian

Dans le cadre de la Tech Supreme Court – AI Edition, qui se tient aujourd’hui, le 19 octobre à l’Hémicycle ECCL, Maxime Derian a accepté de répondre en avant-première à quelques questions clés liées à l’IA. En tant qu’anthropologue spécialisé dans le domaine numérique, Maxime Derian nous apporte un point de vue éclairé sur les développements potentiels de l’IA, ainsi que sur les questions de vie privée et de confiance qu’elle soulève.

TS : Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre cette édition AI de la Tech Supreme Court ?

MD : « Cet événement a immédiatement retenu mon attention en raison de l’importance de la question de l’IA. L’IA est un outil puissant avec le potentiel d’avoir des impacts positifs et négatifs considérables. Il est essentiel d’avoir un débat informé pour guider le développement de l’IA de manière saine et équilibrée, tout en évitant les écueils potentiels. Le passé nous a montré que des avancées technologiques majeures, comme l’arrivée des ordinateurs et Internet, sont intervenues sans débats suffisants. L’IA est déjà présente, mais nous devons éviter les extrêmes du catastrophisme ou de l’enthousiasme démesuré quant à ses capacités. Ce débat doit donc être inclusif, impliquant diverses perspectives, des scientifiques aux politiciens, des économistes aux philosophes, en passant par des acteurs artistiques. L’approche de cet événement, qui se concentre à la fois sur les coûts, les avantages, les bénéfices et les risques de l’IA dans notre société, est ainsi particulièrement attrayante. Il est crucial de se rappeler que nos décisions sur l’IA façonneront l’avenir, c’est pourquoi nous devons les prendre avec soin. Les enfants nés aujourd’hui vivront dans le monde que nous aurons créé, et il est impératif d’entamer un dialogue pour comprendre les attentes de chacun. L’acceptation de la critique et la flexibilité dans nos opinions sont essentielles. Un débat de cette nature est riche d’enseignements. »

TS : Quels sont les développements futurs les plus prometteurs dans le domaine de l’IA au Luxembourg ?

MD : « Le Luxembourg est un pays économiquement dynamique qui a su se réinventer à plusieurs reprises tout au long de son histoire. De l’agriculture à la sidérurgie, le Luxembourg a connu des transformations majeures grâce à des avancées technologiques, comme la déphosphorisation qui a révolutionné la production d’acier. Plus récemment, le pays a évolué vers une économie axée sur les services, la banque, et de plus en plus, le numérique. Cela a attiré des acteurs mondiaux de la technologie tels que Microsoft et Amazon, renforçant la position du Luxembourg en tant que centre technologique. » 

« En ce qui concerne l’avenir de l’IA au Luxembourg, on peut s’attendre à des changements significatifs sur le marché de l’emploi. L’IA redistribuera les cartes, créant de nouveaux emplois tout en en déplaçant d’autres. Le pays est bien positionné pour tirer parti de l’IA en développant des compétences numériques de haute qualité, favorisant ainsi la croissance des start-ups et des grandes entreprises. L’IA peut également contribuer au e-gouvernement, améliorant l’expérience des citoyens et rationalisant les processus administratifs. Dans le secteur bancaire et des assurances, elle peut améliorer le conseil aux clients, simplifier l’accès aux services et stimuler les partenariats. En matière culturelle, artistique et de divertissement, l’IA offre aussi de nombreuses opportunités. Elle peut libérer un potentiel créatif en utilisant des outils d’image et de son, et pourrait même conduire à l’émergence de nouveaux styles musicaux ou de formes artistiques novatrices. Enfin, l’IA peut jouer un rôle essentiel dans le domaine de la santé. Elle ne remplacera pas les médecins, mais les assistera de manière efficace. Elle pourrait aider au diagnostic en identifiant des détails imperceptibles, analyser différents types de pathogènes, ou même contribuer à la création de médicaments personnalisés basés sur le génome. En résumé, l’IA pourrait transformer le secteur de la santé en permettant aux médecins d’être plus efficaces, ce qui pourrait avoir un impact positif sur la qualité de vie et la durée de vie. »

« Le Luxembourg est bien positionné pour tirer parti de ces opportunités offertes par l’IA, que ce soit sur le plan économique, administratif, culturel, artistique ou médical. Il s’agit d’un domaine en constante évolution, et le Luxembourg semble prêt à en embrasser le potentiel. »

TS : Existe-t-il un moyen de complètement éliminer ou atténuer les inquiétudes en matière de confidentialité et de confiance que les gens ont à l’égard de l’IA ?

 

MD : « La vie privée et la confiance sont deux aspects distincts. Il est difficile, voire impossible, d’éliminer entièrement ces préoccupations, car même face à des arguments rationnels, des réactions irrationnelles subsisteront. Cependant, nous pouvons adopter des approches pour les atténuer. En ce qui concerne la vie privée, il est nécessaire de mettre en place une régulation complexe qui nécessite des discussions approfondies, tant au niveau européen que national. Cette question englobe de nombreux aspects et demande à être soigneusement examinée. Néanmoins, le facteur clé pour atténuer les inquiétudes concernant la vie privée réside dans l’éducation et l’information des individus. »

« Concernant la confiance, la transparence est essentielle pour que les gens acceptent les systèmes d’IA, tout comme l’éducation et l’information. C’est en fournissant des connaissances et des explications rationnelles, en éduquant les individus, y compris les enfants, sur les enjeux de l’IA, sans exagération ni simplification excessive, que nous pouvons établir un lien de confiance. C’est précisément l’approche que mes co-auteurs et moi-même adoptons pour le site web www.technorealisme.org, où nous nous efforçons de présenter un débat équilibré afin d’éviter les extrêmes et de promouvoir une meilleure compréhension des implications de ces technologies.  En présentant un débat équilibré et en évitant les excès, nous pouvons contribuer à une meilleure compréhension de ces technologies et réduire les réactions irrationnelles. »

« En fin de compte, il s’agit d’un processus continu qui nécessite une communication ouverte et un dialogue constant entre les parties prenantes pour atténuer les inquiétudes liées à la vie privée et à la confiance envers l’IA. »



Citer ce billet
Maxime Derian (2023, 10 novembre). Maxime Derian et l’IA : Perspectives sur l’avenir, la vie privée et la confiance. Anthropologie des interfaces Homme/Machine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b809

Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search