Maxime Derian est un des experts pour la série “2080, nos futurs”, une série d’anticipation, qui montrera aux spectateurs les avenirs possibles de la planète.

Les 6 et 13 décembre 2023 à 21h00,  (puis en replay) Canal + Docs diffusera « 2080, nos futurs », une série d’anticipation, qui montrera aux spectateurs ce que pourrait bien être l’avenir de la planète. Mais pas question, pour les créateurs, de faire de la science-fiction. Pour tenter de coller au mieux à ce que pourrait être l’avenir, ils ont interrogé des scientifiques, des patrons de la Silicon Valley, des philosophes ou des chefs étoilés.”

Je suis extrêmement honoré de faire partie de l’équipe d’experts qui a contribué à cette série de 8 documentaires-fiction ambitieuse imaginant le monde en 2080 et réalisé par Sarah Carpentier et Pierre Largenmüller pour CANAL+.

Les premiers épisodes sont intitulés :

  • “Se soigner en 2080” et
  • “Se déplacer en 2080”.

–  La diffusion de cette série initialement au Québec est prévue le mardi 20 février 2024, à 22h. La série est en cours de traduction en anglais pour le marché nord-américain et envisagée pour être diffusée aussi en Chine. –

Ce fut un vrai défi d’imaginer un futur crédible dans 60 ans !

Outre l’aspect divertissant, que cela peut avoir, cela pourrait aussi servir en tant qu’expérience de pensée anticipatrice (assez ludique et artistique) pour contribuer à éclairer des choix politiques, éthiques et technologiques importants que nous avons à faire aujourd’hui.

Dans le cadre de l’épisode “Se soigner en 2080“, il m’a été offert de réfléchir au futur de nos sociétés en ce qui concerne la santé, la sécurité sociale, les soins médicaux, la robotique, le traitement de la fertilité, la colonisation spatiale mais aussi surtout sur la forme globale que pourrait prendre notre société…

Il sera aussi question des possibilités d’augmentation humaine et d’hybridation humain-machine par divers type de prothèses et d’implants, des questions d’eugénisme et de l’impact potentiel de screening génétique, de la robotique, de la dépendance aux écrans et au numérique et bien sûr, de l’IA.

… et ainsi entrevoir en vidéo avec des solides moyens techniques ce que pourrait être la vie quotidienne au sein d’une société ruche, cette réorganisation sociale que je théorise anthropologiquement depuis quelques temps 

Notamment réfléchir à un monde où les acteurs de la tech, (autrefois dénommés GAFAM que je propose d’ailleurs maintenant d’appeler les AMMANAT 1) pourraient prendre encore davantage d’importance dans nos vie…

Il sera possible dan sles vidéos de voir la face positive et souhaitable ou la face négative et effrayante posée par chaque technologie et enjeu social abordés lors des documentaires.

Les quatre épisodes de la première saison exploreront les questions de la mobilité, de l’alimentation, du divertissement et de la santé.

En plus de l’utilisation de l’image de synthèse et de la motion capture, la moitié des effets sera basée sur la technologie de production virtuelle, telle qu’utilisée dans la série de DisneyThe Mandalorian“.

Doté d’un budget de 2,4 millions d’euros, le projet bénéficie du soutien de la société française de télévision payante CANAL+ Group, du soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et de programmes d’aide régionaux. Il est destiné à être traduit et exporté hors de France pour les plateformes de diffusion en streaming chinoises et américaines.

Entre nous, soit dit en passant, c’est un grand plaisir pour moi de pouvoir voir mis en images certaines de mes théories en anthropologie du numérique 🙂

1 Je propose d'utiliser le terme "AMMANAT" pour désigner le groupe : Alphabet, Microsoft, Meta, Amazon, Nvidia, Apple et Tesla.

À l'heure actuelle, contrairement au terme BATX qui reste pertinent, le terme GAFAM ne reflète plus la composition et les noms réels des principaux acteurs occidentaux du secteur technologique et je l'utilise à contre cœur faute de mieux pour être compris du plus grand nombre.

En effet, avec l'évolution de Google en Alphabet et de Facebook en Meta, ainsi que l'émergence de géants de l'IA comme Nvidia et Tesla, il est temps de repenser notre terminologie.

L'expression "Magnificent Seven", utilisée pour décrire ces entreprises depuis quelques jours me semble vraiment inappropriées et un peu trop laudative pour designer un oligopole industriel.

Peut-être que ceux qui l'ont créée souhaitaient mettre en avant leur caractère innovant et héroïque de ces 7 entreprises, mais cela ne tient pas compte à mon sens des enjeux éthiques et de la complexité associés à ces acteurs du numérique.

Dans le film du même nom, les "Sept Mercenaires" sont des justiciers rebelles et généreux, complexes et tourmentés, des héros singuliers et humains. Ils acceptent de protéger une petite ville contre un industriel tyrannique qui veut les chasser de leurs terres pour exploiter une mine d'or.

Ce parallèle paraît un bancal pour évoquer les actuels seigneurs du Cloud, vous ne trouvez pas. C'est pourquoi je vous propose (le 9 octobre 2023) dercourir à l'acronyme: AMMANAT


Citer ce billet
Maxime Derian (2023, 10 octobre). Maxime Derian est un des experts pour la série “2080, nos futurs”, une série d’anticipation, qui montrera aux spectateurs les avenirs possibles de la planète. Anthropologie des interfaces Homme/Machine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b808

Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search