Vivre avec une prothèse : les prothèses médicales et digitales sont-elles des réparations ou des augmentations ?

Maxime Derian, anthropologue, décrit différentes articule dialectiquement des considérations sur l’imaginaire de l’humain réparé et de l’humain augmenté avec des observations en situation réelle dans le cadre de ses études socio-anthropologiques en milieu hospitalier et auprès d’associations de patients.

Ce texte, initialement publié dans le catalogue de l’exposition “Aux frontières de l’humain”  et disponible à l’achat sous format papier.

De l’Humain réparé médicalement à l’humain augmenté par et pour la société
Ultimes retouches d’un masque sur une « gueule cassée » par Anna Coleman Ladd, 1918 – Washington, Library of Congress. Photographie sur plaque de verre.

La frontière est floue entre l’Homme réparé – que l’on soigne à la suite d’un accident – et l’Homme augmenté de capacités hors normes. En effet, dès lors que l’on pénètre dans la dimension thérapeutique, on se situe presque toujours dans un processus d’amélioration. L’augmentation pure existe cependant déjà et représente le grand enjeu actuel de la médecine connectée, ainsi que de l’armée : le soldat représente en cela l’archétype de l’Homme augmenté.

Matthieu Gafsou, 1,9 série « H+ , 2017

Un exosquelette peut être utilisé à des fins thérapeutiques ou pour augmenter les capacités motrices du porteur. Des firmes commercialisent de tels produits, comme soutien à une activité manuelle ou pour traiter des personnes handicapées.

Mais c’est la Darpa, l’Agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, qui travaille sur le prototype le plus spectaculaire d’exosquelette, capable de transformer un soldat en machine de guerre quasi inépuisable.

L’armée américaine conçoit actuellement une armure dénommée TALOS, suivant une esthétique proche du héros Iron Man. Les capteurs physiologiques du dispositif surveillent l’état du soldat et lui permettent d’augmenter sa force.

Intervention chirurgicale de pose d’une prothèse numérique (un pacemaker). Creative commons.

Le pacemaker, ou stimulateur cardiaque, est un dispositif implanté dans l’organisme fournissant des impulsions électriques destinées à stimuler les muscles cardiaques, par exemple pour accélérer la pulsation du cœur lorsqu’il est trop lent. Il est composé d’une pile et d’électrodes reliées au cœur du patient. C’est l’un des premiers appareils électriques invasifs ; il est en ce sens emblématique de la « machinisation » de l’humain (nda : pour ce terme proche du néologisme, je reprends le concept de machinisme de Lewis Mumford, historien des sciences qui m’a beaucoup influencé).

MailPan – Pancréas artificiel de Defymed

La société Defymed travaille depuis plusieurs années sur ce prototype
de pancréas artificiel, Mailpan, qui pourrait révolutionner la vie des diabétiques. Il s’agit d’un implant rempli de cellules souches capables de sécréter de l’insuline. Le défi technologique est double : d’une part, fabriquer une membrane capable de libérer l’oxygène et l’insuline, tout en demeurant imperméable au système immunitaire qui s’attaquerait aux cellules souches ; d’autre part, trouver les bonnes cellules qui fabriqueront l’insuline de façon optimale. Les deux ports sont placés en sous-cutané et permettent,via une seringue, de retirer tous les trois à six mois les cellules souches devenues inactives et de les remplacer par des nouvelles.

Russell Boyce,
Portrait de Kevin Warwick, 1998. Photographie.

Le très controversé professeur de cybernétique Kevin Warwicktient une puce RFID, similaire à celle implantée dans son bras en 1998. Elle lui permet d’interagir avec des ordinateurs ou des objets électroniques à distance, afin de contrôler l’éclairage par exemple. Ses recherches s’étendent à la stimulation cérébrale, la robotique et l’apprentissage profond en intelligence artificielle.

L’électroencéphalographie (EEG) permet la mesure de l’activité électrique cérébrale, moyen par lequel ensuite il est possible d’installer une interface neuronale pour établir une communication directe entre le cerveau et la machine. À terme,il est plausible de concevoir que chacun contrôlera un jour diverses machines par le biais d’implants. Le projet Neuralink, développé sous la houlette d’Elon Musk, en est l’exemple le plus spectaculaire.

Elon Musk at the Neuralink demo (2021)
LA PROTHÈSE EST-ELLE UNE RÉPARATION OU UNE AUGMENTATION ?

L’installation d’une prothèse dans ou sur un corps humain génère une série de questions relatives au rapport que les individus ont à leur prothèse, leur propre corps, ainsi que sur le regard porté en société sur eux.
Le recours à une prothèse médicale doit être soigneusement distingué du recours à une pro- thèse non médicale. L’hybridation qui poursuit un but thérapeutique est fortement encadrée par un entourage médical cohérent. Il s’agit de « réparer », de rétablir une meilleure qualité de vie pour des patients malades ou handicapés.

L’outillage numérique détachable que constituent les smartphones, les tablettes ou les lunettes de réalité augmentée sont bien souvent des formes de « prothèses cognitives » qui tendent à devenir indispensables au quotidien. Il s’agit d’« augmenter » en conférant des aptitudes nouvelles de communication, d’accès à l’information et de création de contenus.

La prothèse détachable– prothèse cognitive, bras bionique, etc. – et l’implant – pacemaker, implant cochléaire, etc. – n’ont pas les mêmes enjeux en termes de maintenance, de risque d’infection ou de risque de douleur. On peut donc distinguer une gradation dans les niveaux d’intégration de la prothèse ou de l’implant, à savoir : l’absence d’utilisation, le rejet ou encore l’explantation ; l’appropriation – l’outil est perçu comme une extension du corps et intégré au schéma corporel lorsqu’il est porté ; l’incorporation – l’absence de l’outil sera vécue comme un manque ; et, enfin, l’hybridation complète – l’outil est subjectivement non différencié du corps propre.

SACHEZ RECONNAÎTRE LES PROTHÈSES

Prothèse « ange gardien » : dispositif compensatoire, tuteur de résilience, ayant une fonction thérapeutique et symbolique (par exemple, le défibrillateur cardiaque).
Prothèse « fétiche » : prothèse quasi personnalisée à laquelle on prête la vie et des vertus, qu’on porte au-delà de sa fonction première. Il arrive même qu’on la laisse au placard, lorsque la rééducation qui vise à s’en servir est trop contraignante. Elle ne sert alors que comme fétiche, car on sait qu’elle est là, comme une présence toute proche.
Prothèse « totem » : appareil compensatoire devenu ostentatoire et distinctif, comme les lames de carbone d’Aimee Mullins ou les pieds robotisés de Hugh Herr.
Prothèse « honteuse » : appareillage discret, dont on ne parle pas, qu’on cherche à rendre invisible (prothèse dentaire) ou bien compensant une déficience vécue comme honteuse (implant pénien).

Les jambes bioniques de Hugh Herr, professeur au MIT

Les prothèses sophistiquées sont d’un coût souvent exorbitant.
Implantation cochléaire bilatérale : 90 000 €
Bras et coudes bioniques : 140 000 €
Pied artificiel de Hugh Herr : 30 000 €
Main bionique polydactyle et coude articulé robotique : 160 000 €

Description d’un implant cochléaire in situ.
VIVRE AVEC OU SANS PROTHÈSE

Derrière le fantasme de l’Homme augmenté, se révèlent des hommes et des femmes diminués originellement par le handicap, qui témoignent de perceptions souvent différentes sur leur pro- thèse. Pour certains, elle est un outil fabuleux, qui ne doit pas nécessaire- ment être beau ou esthétique mais adapté à l’usage qu’elle vise. Elle permet de retrouver, selon les cas, une forme de vie normale où marcher, courir, conduire est à nouveau possible. Leur ressenti s’avère toutefois souvent bien loin des représentations populaires qui la brandissent comme une fierté : la douleur liée au membre amputé, l’adaptation lente et diffificile à la prothèse ne sont guère évoquées dans la plupart des films et autres mangas. D’autres préféreront d’ailleurs ne pas en porter, la jugeant lourde et encombrante, pour peu qu’ils soient nés avec un schéma corporel différent auquel ils ont toujours été habitués.

Quelles prothèses s’avèrent
selon vous indispensables ?
☐ Le pacemaker
☐ Le défibrillateur cardiaque
☐ L’implant mammaire
☐ La prothèse bionique de main
☐ Le téléphone portable
☐ La prothèse totale de hanche
☐ L’implant cochléaire

Prothèse bionique (polydactyle) de main et gant en silicone biomimétique.

Contrôlez-vous vos prothèses ?
☐ Vous sursautez dès que votre téléphone portable vibre, et vous ruez dessus pour voir qui a laissé un message.
☐ Votre pacemaker régule vos battements du cœur.
☐ Vos mollets arti ciels vous offrent de marcher sans béquilles.
☐ Vos lunettes vous permettent de lire.
☐ Vous avez fait une crise de nerfs durant vos dernières vacances
parce qu’il n’y avait plus de réseau dans le chalet de montagne.
?

Steve Jobs (1955-2011) annonce la sortie de l’Iphone en 2007.

 



Citer ce billet
Maxime Derian (2023, 12 mai). Vivre avec une prothèse : les prothèses médicales et digitales sont-elles des réparations ou des augmentations ? Anthropologie des interfaces Homme/Machine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b803

Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search