Note de lecture dans le n°156 de la revue franco-allemande « Lendemains »

Note de lecture du livre de Jaron Lanier :

Revue LendemainsYOU ARE NOT A GADGET: A MANIFESTO, NEW YORK,ALFRED A. KNOPF, 2010

Lire l’intégralité de l’article dans la revue Lendemains n°156 Études comparées sur la France / Vergleichende Frankreichforschung

(…)
Le titre de l’ouvrage: « Vous n’êtes pas des gadgets » signifie que Jaron Lanier nous exhorte à nous penser comme autre chose que des appendices de nos réseaux techniques. Le message principal du livre, énoncé dès les premières pages, est que le web 2.0, standardise la notion même de personne tout comme l’a été auparavant la notion de note de musique par le MIDI (chapitre I). Facebook et ses concurrents incitent à agréger les individus dans un « esprit de ruche » qui effacerait les singularités humaines qui font le charme du monde social. Jaron Lanier ne croit pas à la « sagesse des foules » ni à « l’intelligence collective » (chapitre III, IX, X et XI).
(…)
Bien que Jaron Lanier soit, avec Richard Stallman, l’un des fondateurs du mouvement de l’open software, il se permet d’effectuer une sévère critique de celui-ci (chapitre IX). Pour lui, aujourd’hui, l’innovation la plus vive provient de grands groupes privés tels que Google, Apple et Adobe bien davantage que de la communauté du libre. Mais surtout, il met l’accent sur le fait que le mouvement du libre est une idéologie qui incite à la contribution désintéressée alors qu’il s’avère au final, que l’ensemble de ces dons altruistes profite essentiellement aux capitalistes libertariens de la Silicon Valley qui monétisent les résultats d’un travail bénévole collectif.
Ce point rappelle un autre constat, celui récemment établi par Céline Lafontaine, sociologue à l’Université de Montréal, qui vient de faire paraître Le Corps-marché. La marchandisation de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, (Seuil, 2014). Cet auteur révèle que l’idéologie de la promotion du don de produits humains (notamment de sang de cellules souches et d’ovules) met en place un marché, extrêmement rentable économiquement car il monétise très fortement des tissus humains donnés sous couvert d’altruisme.
Jaron Lanier insiste sur l’économie complètement asymétrique qui découle de la progressive omniprésence du Cloud dans nos vies (chapitre VI). Pour lui, les seules personnes qui bénéficient vraiment économiquement des serveurs mis à disposition du grand public pour y déposer leurs données personnelles ce sont les possesseurs du Cloud et pas du tout les utilisateurs eux-mêmes. Jaron Lanier met l’accent sur la difficulté pour un créateur de contenus de pouvoir vivre de son travail. Il propose de développer le recours à des micro-paiements pour rémunérer chaque contribution aussi minime soit-elle plutôt que de continuer dans cette monétisation asymétrique des données produites par les utilisateurs (chapitre V et VII).
(…)

Quand Jaron Lanier critique les utopies qui mettent les machines et les êtres humains sur un pied d’égalité, il pose la question de savoir si cette utopie aboutira à un monde où les ordinateurs seront devenus « intelligents » ou plutôt si, finalement, elle donnera lieu à une société d’utilisateurs qui auront été progressivement „abêtis“ au point de devenir finalement comparables à des « gadgets » électroniques (chapitre II). Sans la citer, Jaron Lanier, reprend, dans une certaine mesure, la prophétie nietzschéenne du « Dernier Homme » dépeinte au début d’Ainsi parlait Zarathoustra, qui décrit une humanité affaiblie, affadie et résignée.

(Consulter la version en audiolivre ou  la version écrite de la cinquième partie du prologue d’Ainsi parlait Zarathoustra)
Jaron Lanier n’est pas du tout technophobe pour autant (chapitre III, XIII et XIV). Il veut surtout partager ses réflexions afin de contribuer à un meilleur contrôle social des effets collatéraux de l’essor exceptionnel de l’outillage numérique.

Lire l’intégralité de l’article dans la revue Lendemains n°156

(Lien vers le site web de Jaron Lanier)


Publié par

Maxime Derian

Rédacteur du carnet de recherche : Maxime DERIAN (Phd) Chercheur en anthropologie des techniques Contact: maxime.derian@gmail.com Concepteurs de la maquette de ce site : Cleaker 2.1 Theme created by Adam Walker Cleaveland with Widget support added by Chris Webb Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO) Crédits photographiques : EHESS, Creative Commons