La région Minett en tant que palimpseste

Paysage dans l’ancienne usine de Esch-Schifflange qui sera bientôt réurbanisée en “nouveau quartier de l’Alzette” – photographie par Maxime Derian, le 2 mars 2022

Dans certaines parties de la région Minett, au sud du Luxembourg, le paysage peut être considéré comme une sorte de palimpseste.

Pour les historiens et les archéologues, un palimpseste est un support d’écriture, par exemple un parchemin, qui est utilisé plusieurs fois après effacement du texte précédent. Au fil des siècles, le paysage du Minett a en effet beaucoup changé au gré des interventions humaines. Le sol raconte de nombreuses histoires qui se chevauchent et s’entremêlent. Certains éléments ont été entièrement effacés, tandis que d’autres traces du passé subsistent.

Un voyage historique et archéologique à travers le temps met en évidence les nombreux changements dans la région : de l’agriculture (avant 1850) à la période postindustrielle (depuis les années 1990), en passant par la période industrielle (1850-1970) et la crise sidérurgique (années 1970-1980).

Minerai de minette prélevé dans la mine d’Audun-le-Tiche à 90 m de profondeur et ayant été exposé lors de : “Remixing Industrials Pasts” à Belval en 2022.

Les transformations du paysage se reflètent également dans les différents noms utilisés pour qualifier la région au fil du temps. À l’instar des écritures successives sur un palimpseste, quelques noms plus anciens ont été oubliés, d’autres ont été ajoutés, tandis que certains coexistent depuis la période industrielle. Parmi ces noms, on trouve des références à la géologie, à des sociétés industrielles ou à des usines spécifiques. Plusieurs noms sont par ailleurs le fruit de métaphores…

Texte complet de Maxime Derian et de Werner Tschacher publié dans la brochure de l’exposition “Remixing Industrial Pasts” (2022)

En français (.pdf) : La région Minett en tant que palimpseste FR

En français (.pdf) : La région Minett en tant que palimpseste EN


Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu