Cycle de projections/débats dans le cadre de l’exposition “Aux frontières de l’Humain” (Ghost in the Shell, le 23/01/2022)

 

Le dimanche après-midi à 15h, un film-débat programmé suivi d’un échange avec un scientifique et / ou artiste est proposé pour approfondir les questions soulevées par l’exposition “Aux frontières de l’Humain“…

Le 23 janvier 2022, à 15h « Ghost in the Shell » de Mamoru Oshii (1995) sera projeté avec Maxime Derian, anthropologue des techniques et de la santé pour participer au débat.

Cette rencontre est gratuite mais la réservation depuis la billetterie du musée est obligatoire.

– Rencontre malheureusement reportée, la projection aura quand même lieu –

Voici ce que j’ai écrit dans le catalogue de l’exposition : Aux Fontières de l’Humain (p. 88) pour résumer certains points intéressants du film Ghost in the Shell, que je souhaitais aborder lors de mon intervention :

 

PRISONNIÈRE DE SON HYBRIDITÉ : GHOST IN THE SHELL

Ghost in the Shell (Kōkaku Kidōtai) est un film d’animation culte de Mamoru Oshii (1995) inspiré de la bande dessinée éponyme de Masamune Shirow de 1989. Un film hollywoodien de Rupert Sanders a été réalisé sur un scénario similaire en 2017. NB: Kōkaku kidōtai signifie « policiers anti-émeute en carapaces offensives ».

L’héroïne, le major Motoko Kusanagi, est une femme soldat, membre de forces spéciales japonaises au sein d’une unité antiterro- riste, qui officie dans un futur proche. Son corps a subi tant de modifications cybernétiques pour la rendre plus performante dans des missions d’espionnage, de renseignement, d’infiltration et de combat, que seuls son cerveau et sa moelle spinale demeurent authentiques. Motoko Kusanagi travaille avec dévouement, bien que l’augmentation de son corps lui procure une forme de sentiment d’aliénation. Tout comme le personnage de RoboCop, son corps ne lui appartient plus. Ainsi, elle ne peut quitter son poste sans rendre son équipement, c’est-à-dire la majeure partie de son corps.

Le récit, émaillé de références à une politique bureaucratique et ponctué d’affrontements militaires, conduit le major Kusanagi à affronter le Puppet Master, un ennemi énig-matique tenant à la fois du profil du hacker et de l’intelligence artificielle. Le titre poétique Ghost [« fantôme »] in the Shell [« enveloppe », ou « coquille »] évoque probablement à la fois l’âme dans l’en-veloppe du major Kusanagi et l’esprit dans le shell (à savoir l’interpréteur de lignes de commande, en langage informatique) de Puppet Master.

 Ghost in the shell, 1995.

Maxime Derian (2020)

Par ailleurs, dans le cadre de ce cycle (dont j’ai contribué à la sélection des œuvres) il y aura les projections de :

  • « Ex Machina » d’Alex Garland (2014) – le 5 décembre 2021 à 15 avec Laurence Devillers, professeur en intelligence artificielle et éthique.
  • « Bienvenue à Gattaca », « Soleil Vert », « La Belle Verte » sont prévus  pour être présenté entre février et mai 2022.
  • Une séance spéciale : projection du film « Cinémonstres » d’Enki Bilal  sera suivie d’une rencontre avec l’auteur lui-même (date à préciser).

Informations pratiques à propos de l’exposition :

Musée de l’Homme 17, place du Trocadéro – Paris 16e

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 11 h à 19 h
Fermé le 1er janvier, le 1er mai, le 14 juillet et le 25 décembre

Billet couplé – collections permanentes de la Galerie de l’Homme et exposition temporaire

Informations pour le public : 01 44 05 72 72 museedelhomme.fr

Suivez-nous sur : #AuxFrontieresDeLhumain


Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu