Covid, la victoire de la communication humaine, par Dominique Wolton (12/02/2021)

Deux enfants ensemble. Deux frères (pxhere.com CC Public domain)
 

Une fois n’est pas coutume, je me permets de rediriger les lecteurs vers un texte paru sur un autre carnet de recherche, à savoir celui de la revue Hermès. Ceci afin partager ce billet écrit par Dominique Wolton qui exprime plutôt bien un ressenti probablement très largement partagé actuellement.

« Depuis la Covid, il y a toujours un clavier entre l’autre et moi. Fini les contacts et les rapports directs. Le masque réduit l’échange au minimum puisque le visage est à moitié barré. On ne voit qu’un regard, bien difficile à interpréter, sans le reste du visage. Quant aux gestes… ils sont réduits aux « gestes barrières », ce qui veut bien dire ce que cela veut dire. L’autre est mis à distance physique. C’est toute la communication humaine qui s’est atrophiée, et qui donne raison à ceux qui depuis longtemps en dénoncent les limites au profit, au contraire, de la parfaite et séduisante communication technique. D’ailleurs, au début du confinement, au printemps 2020, on a plébiscité cet enfermement technique. On était finalement bien, « à distance », chez soi, sans se rapprocher ni se toucher, à caresser l’écran et le clavier. C’était vrai aussi bien pour le travail que pour les courses, l’éducation, les loisirs, les échanges. Tout était possible dans le distanciel. Enfermés et heureux. Avec la découverte de la liberté numérique et la performance des plateformes.

Après quelques mois de « bonheur » et un deuxième confinement, l’horizon s’est pourtant assombri. Une angoisse sourde s’est installée. L’autre menaçant, dont on pensait s’être débarrassé grâce aux « industries de la distance », s’est mis à nous manquer terriblement. Dangereux et encombrant, il est tout de même redevenu indispensable. L’omniprésence numérique n’a pas suffi à remplacer le besoin physique de proximité, voire de promiscuité.

On en est là. S’installe alors subrepticement un repli sur soi, et l’autre nous manque!

(lire la suite le carnet de recherche de la revue Hermès)


Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu