Article : L’homme en chair et en bionique

Voici un article de Judith Chetrit, paru dans le journal Libération :

« Rétine, Coeur, main, jambe…  le corps devient «réparable». Truffés d’électronique, prothèses et implants high-tech remplacent organes et membres défaillants. Un mariage corps-machine qui pose question… »
Cet article du 17/11/2013, traite de la réparation du corps humain au moyen de divers prothèses

(Voir l’article en ligne ici)

Sur ce thème, n’hésitez pas à consulter cet excellent interview de Daniela Cerqui par Cécile Lestienne (disponible ici ).

Maxime Derian

Rédacteur du carnet de recherche : Maxime DERIAN (Phd) Chercheur en anthropologie des techniques Contact: maxime.derian@gmail.com Concepteurs de la maquette de ce site : Cleaker 2.1 Theme created by Adam Walker Cleaveland with Widget support added by Chris Webb Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO) Crédits photographiques : EHESS, Creative Commons

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

La thèse est disponible en ligne

La thèse, en version intégrale, est disponible, en ligne :

En version non illustrée sur : www.thèses.fr.

et

En version illustrée sur : http://www.omnsh.org.

 

Computerface : Why I Decided To Become A Cyborg Cyborg
Montage photographique de JD Hancock utilisé avec l’autorisation de l’auteur.

Mots-clés :
•    Prothèses bioniques
•    Informatique omniprésente
•    Informatique – Aspect cognitif
•    Prothèses – Anthropologie
•    Systèmes homme-machine
•    Réalité augmentée
•    Cybernétique

Maxime Derian

Rédacteur du carnet de recherche : Maxime DERIAN (Phd) Chercheur en anthropologie des techniques Contact: maxime.derian@gmail.com Concepteurs de la maquette de ce site : Cleaker 2.1 Theme created by Adam Walker Cleaveland with Widget support added by Chris Webb Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO) Crédits photographiques : EHESS, Creative Commons

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Résumé de la thèse de Maxime Derian

Le Métal et la Chair. Anthropologie des prothèses informatisées

Résumé de la thèse de doctorat en socio-anthropologie des techniques, déposée en décembre 2012, par Maxime Derian (soutenance prévue pour le 4 mars 2013). Le directeur de cette thèse est Alain Gras.

Traces Graphiques. Peinture de Bernard RÉQUICHOT, 1958 (Musée National d'art moderne du Centre  Pompidou). Photo : Maxime DERIAN

Cette recherche à été effectuée au CETCOPRA (Centre d’Étude des COnnaissances et des PRAtiques), dirigé par Bernadette Bensaude-Vincent, (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École doctorale de philosophie-ED280), et dans le cadre d’un séjour de recherche au KOIKE LAB, dirigé par Yashuaru Koike, (Tokyo Institute of Technology, Département « Precision & Intelligence »).

Diverses méthodes d’interfaçage Homme/Machine, se confrontent et se complètent, suivant une gradation allant du peu invasif (contact) jusqu’au totalement invasif (greffe). Il ressort de cette recherche comparative portant sur le recours à des dispositifs implantés actifs comme sur l’utilisation de différentes prothèses détachables (informatique pervasive et réalité augmentée), que l’implantation d’une endoprothèse est acceptée principalement parce qu’elle est perçue comme un moyen de prolonger l’espérance de vie ou d’améliorer significativement la qualité de vie. La pose des implants informatisés s’inscrit dans le contexte de l’ « Homme réparé ». Dans ce domaine, des relations étroites entre patients, médecins, constructeurs d’implants et pouvoirs publics donnent lieu à la mise en place d’un accompagnement social structurant qui permet de limiter fortement de nombreuses dérives liées à un usage inapproprié. Cependant, il s’avère que l’essentiel de l’émergence actuelle de l’ « Homme Augmenté » ne découle pas du recours à des implants ni à des prothèses de membres, car la diffusion de ces appareils est limitée à un très faible effectif de la population mondiale. On assiste à un déferlement d’objets informatisés détachables. Ces outils, diffusés massivement, sont principalement des prothèses cognitives. Elles sont actuellement présentées par le marketing publicitaire comme des outils sans danger. L’usage fréquent de ces appareils semble pourtant en mesure d’exercer une forme de modification subtile de l’activité cognitive et peut modifier significativement les rapports sociaux et certains processus pédagogiques. Les prothèses informatiques cognitives détachables ne sont guère implantées mais notre recours constant, et très peu socialement régulé, à ces outils (souvent des gadgets), dans une certaine mesure, nous « mécanise » en nous imposant une activité cognitive particulière liée à une rythmicité induite par des automates et une habituation à l’interaction constante avec des programmes et des bases de données.

L’axe de recherche initial visait à mener une étude socio-anthropologique portant sur une « Épistémologie des interfaces Homme/Machine« 

Maxime Derian

Rédacteur du carnet de recherche : Maxime DERIAN (Phd) Chercheur en anthropologie des techniques Contact: maxime.derian@gmail.com Concepteurs de la maquette de ce site : Cleaker 2.1 Theme created by Adam Walker Cleaveland with Widget support added by Chris Webb Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO) Crédits photographiques : EHESS, Creative Commons

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn