La thèse est disponible en ligne

La thèse, en version intégrale, est disponible, en ligne :

En version non illustrée sur : www.thèses.fr.

et

En version illustrée sur : http://www.omnsh.org.

 

Computerface : Why I Decided To Become A Cyborg Cyborg
Montage photographique de JD Hancock utilisé avec l’autorisation de l’auteur.

Mots-clés :
•    Prothèses bioniques
•    Informatique omniprésente
•    Informatique – Aspect cognitif
•    Prothèses – Anthropologie
•    Systèmes homme-machine
•    Réalité augmentée
•    Cybernétique

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence : Suivre des malades chroniques, pourquoi, comment ? 07/02/2012

Conférence de Maxime Derian portant sur :

Le discours patients ayant recours à des dispositifs médicaux implantés actifs (DMIA) ou des prothèses bioniques comparé à la figure imaginaire populaire du Cyborg. Il s’agira de porter une réflexion sur les bénéfices  et les enjeux d’un traitement ayant recours à des dispositifs informatisés pour soigner des maladies chroniques. L’exemple principal portera sur la question du suivi thérapeutique de pathologies cardiaques à travers une analyse anthropologique des usages de pacemakers et de défibrillateurs cardiaques.

Cette intervention sera faite à l’occasion des rencontres MÉTIC du mardi soir, organisées par TIC et Santé Montpellier (Institut TELECOM, Université Montpellier 2, Ecole des Mines d’Alès, Université Montpellier 1).

Former des professionnels qui assureront la médecine de demain, tel est l’objectif que ce sont fixés l’Institut Télécom, l’Université Montpellier 2, l’Université Montpellier 1 et l’École des Mines d’Alès.

Les partenaires se sont associés pour proposer un bouquet de formations TIC et SANTÉ MONTPELLIER, lequel est composé d’une formation d’ingénieurs, de 2 diplômes d’Université UM1 et UM2, d’un diplôme de spécialisation de l’Ecole des Mines d’Alès et d’un MASTER avec 4 spécialités : Bioinformatique et Modélisation, Physique pour le biomédical, Technologies pour la santé, Systèmes d’information et Imagerie médicale.

Conférence METIC : Les rencontres du mardi soir Médecine Et Technologie de l’Information et de la Communication

De 18h à 20h, Faculté de Médecine, 2 rue de l’école de médecine, 34000 Montpellier

 

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séjour de recherche au Tokyo Institute of Technology au Japon

Maxime Derian au Tokyo Institute of TechnologyAprès avoir étudié les déclencheurs et les conséquences des comportements d’addiction à l’informatique et à la fuite dans les univers virtuels à travers l’exemple des otakus au Japon, puis avoir analysé le discours messianiste des thuriféraires de l’outil informatique qui promeuvent sa diffusion tous azimuts (avec des arrières pensées mercantiles évidentes) en reprenant les codes du prosélytisme religieux.

Je compte à présent mieux comprendre anthropologiquement l’irruption possible des machines dans le corps humain ou au moins les enjeux que représente l’usage massif et constant d’outils informatiques au quotidien.

C’est pour cela que ce carnet de recherche s’intitule “Anthropologie des Interfaces Homme/Machine” !

Mes recherches actuelles portent sur l’étude concrète (tant sur plan médical qu’en termes d’ingénierie) de l’impact du recours prolongé de dispositifs numériques dont l’interface peut aussi bien se situer dans le corps (les implants comme les pacemakers ou les neurostimulateurs) ou hors du corps (prothèses numériques détachables).

Il ne s’agit pas de me cantonner à spéculer sur des récits de science-fiction. Il s’agit d’observer des pratiques anthropologiques basés sur des objets réels même s’il sont parfois plus ou moins rares (implants numériques, pacemakers, drones, mains bioniques robotiques, prothèses haptiques, réalité virtuelle…) afin d’examiner les enjeux  directement liés à l’hybridation des humains et des machines informatisées. Il s’agit d’étudier les cyborgs pas uniquement en tant que figures imaginaires mais aussi comme une possibilité réelle qui se présente pour certains humains et pour la société.

Les prothèses bioniques comme les bras robotisés ont connu des grands progrès suite à la seconde guerre du Golfe en Irak. Ce qui est très intéressant c’est que ce ne sont généralement pas des implants mais ce ne sont pas non plus stricto sensu des objets complètement séparables du corps appareillé…

Comment connecter un ordinateur, un robot ou un bras robotisé avec le cerveau humain ? Quelles sont les conséquences médicales mais aussi biomécaniques et psychologiques pour l’utilisateur. Que tout cela préfigure-t-il pour la société ?

C’est en cela que les recherches menées au Koike lab sur les différents modes d’interfacer les humains et les ordinateurs, les différentes interfaces homme/Machine (IHM) comme les interfaces directes Cerveau/ordinateur (BCI), l’utilisation des signaux musculaires (EMG), des encéphalogramme (EEG), de l’imagerie par résonnance magnétique  m’intéressent énormément et c’est la raison de ma présence sur le campus du Tokyo Institute of Technology.

koike-04.jpg

De plus l’image processing, la réalité augmentée, l’impression 3D sont des sujets de recherche  passionnants menés au Kumazawa lab.

Les interfaces haptiques développées au Sato lab sont également des pistes de réflexion stimulantes pour réfléchir à l’extension des interfaces Homme/Machine à d’autres sens comme le toucher plutôt que se borner à recourir à la vue, l’ouie et l’usage du binome clavier souris.

C’est notamment cela que je t’étudie actuellement au Tokyo Institute of Technology, au Koike Lab, au sein du Département Precision & Intelligence sur le campus de Suzukakedaï à Tokyo au Japon.

En plus, le Japon est un pays magnifique, les gens sont vraiment courtois et accueillants et la culture sous toutes ses formes (technologiques, artistiques, gastronomiques) y est littéralement fascinante !

Le campus du Tokyo Institute of Technology de Suzukakedaï

 

Les cerisiers en fleurs, ce printemps, à Suzukakedaï

 

 

 

 

 

 

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn