Mutation numérique et prothèses : à propos des promesses et des déceptions (textes en accès libre de S. Lepastier, V. Savvaki, de V. Gourinat et de P.-F. Groud)

Couverture de l'ouvrage l'humain et ses prothèses CNRS 2017Extraits de “De l’homme blessé à l’homme augmenté : conflits et identifications” par le Dr. Samuel Lepastier issu de l’ouvrage L’humain et ses prothèses (2017).

Samuel Lepastier propose de prolonger la réflexion à propos de l’hybridation des humains et des outils numériques développée dans ma thèse de doctorat au moyen de la psychanalyse.

Selon Samuel Lepastier :

Il faut donc non seulement prendre en compte l’accroissement des capacités apporté par l’appareillage mécanique et numérique, mais au moins autant percevoir l’intégration psychique de celui-ci au sein des représentations mentales préexistantes du corps humain chez les utilisateurs. En d’autres termes, il convient de s’interroger sur le statut de la limite – ou de l’interface si l’on préfère – entre prothèse, matériel inanimé, et corps vivant. Cette question a fait l’objet de la thèse d’anthropologie de Maxime Derian. Cette recherche mérite d’être prolongée par des perspectives psychanalytiques afin de mieux percevoir – pour s’exprimer de manière imagée – la place faite à la prothèse dans les rêves de l’usage.

(…)

Pour celui qui en est le destinataire, la place d’une prothèse ne se limite pas à l’outil du corps destiné à l’accomplissement de mouvements et fonctions auparavant impossibles sans elle, mais elle occupe une place à la fois imaginaire et symbolique dans son psychisme.

(…)

Aujourd’hui, les nouvelles prothèses privilégient des modèles qui, en laissant apparente la mécanique interne, valorisent l’appartenance au monde numérique en inscrivant leur utilisateur dans l’univers mythique de la science-fiction. La personne handicapée n’est plus seulement un être démuni puisqu’elle accède ainsi au statut de cyborg.

(…)

L’homme-machine », question classique de philosophie, a pris récemment une actualité nouvelle. Si, traditionnellement, une démarcation étanche avait été tracée entre l’homme, image de Dieu sur Terre, et l’animal, celle-ci a été mise à mal au XIXe siècle par les progrès des connaissances en biologie, la théorie de l’évolution en particulier. Parallèlement, la révolution industrielle d’abord, la mutation numérique ensuite, ont contribué à déplacer la question des frontières de l’humain plutôt du côté de son hybridation avec la machine.

Lien vers le texte complet de texte du Dr. Samuel Lepastier disponible sur OpenEditions Books.

Son approche portant sur un questionnement sur les promesses et les “rêves d’usage” (et donc le risque de déception et de désillusion) est très intéressante et rejoint le texte de Dr. Véra Savvakicelui de Dr. Valentine Gourinat  et celui de Dr. Paul-Fabien Groud publiés dans le même ouvrage (à présent en accès libre).

À noter que Valentine Gourinat et  Paul-Fabien Groud travaillent à présent particulièrement sur la question de vieillir avec un port de prothèse au quotidien (dans le cadre du consortium “Corps & prothèses”.) Véra Savvaki, de son côté, a particulièrement étudié la question de l’agénésie sous l’angle psychanalytique.


Publié par

Maxime Derian

Rédacteur : Maxime DERIAN (Phd). Anthropologue des techniques (technologies numériques, e-Santé & mutations des sociétés industrielles). Université du Luxembourg. Contact: maxime.derian@gmail.com / maxime.derian@uni.lu